162 ans après, l'église de Saint-Gervais-la-Forêt retrouve son horloge !

9 nov. 2018

Le 23 octobre dernier, la Fondation du patrimoine était présente pour la mise en place du cadran de l'horloge de Saint-Gervais-la-Forêt 162 ans après sa création.

Jean-Eugène Robert-Houdin, prestidigitateur de génie mais aussi savant et inventeur, achète en 1849, la propriété du « Prieuré » à Saint-Gervais-la-Forêt où il réside jusqu’à sa mort en 1871.

En 1856, un scandale éclate dans la petite commune. En effet, répondant à la proposition du célèbre magicien, le curé de Saint-Gervais-la-Forêt, de sa propre initiative, sans autorisation de la commune pourtant propriétaire de l'édifice, entame d'importants travaux dans la tour carrée constituant la base du clocher de l'église pour y installer une horloge électrique créée par Robert-Houdin.

Le Préfet sollicité, le Maire et le conseil municipal, au cours d'une séance houleuse, font cesser les travaux engagés et demandent expressément au curé de remettre en état et à ses frais le clocher de l'église.

Dépité, Robert-Houdin propose son horloge au maire de Blois qui l'installe sur la mairie. Hélas, la Seconde Guerre mondiale et ses bombardements passent par là et détruisent l'horloge.

Apparemment, ce n’est en 1908 que Saint-Gervais-la-Forêt reçoit sa première horloge publique. Un petit cadran est depuis lors installé dans l'oculus du pignon ouest de la nef, reconstruit par l'architecte Jules de La Morandière entre 1865 et 1868.

 

Jusqu’à présent seul l'oculus béant de la face nord du clocher témoigne du geste manqué de 1856.

Ayant pris la place d'une baie romane plus étroite, son grand diamètre (1,30 m) le rend bien visible depuis le chemin des Bas, pour les visiteurs arrivant de la route de Blois à Saint-Gervais.

L'ouverture et sa feuillure attestent qu'au lieu d'un simple cadran en applique le magicien envisageait un cadran intérieur doté d'un rétro-éclairage, comble de la modernité, comme celui dont Robert-Houdin supervisa la pose en 1866 sur le fronton de l'hôtel de ville de Blois.

 

162 ans plus tard, le maire, Jean-Noël Chappuis et le conseil municipal de Saint-Gervais, à l’occasion des 20 ans de la Maison de la magie et pour honorer son célèbre citoyen, a souhaité restituer le cadran lumineux à son église. Ainsi, avec l’aide de la Fondation du patrimoine, un projet de réplique est créé.

Le modèle proposé, avec ses aiguilles lancéolées, est le plus proche possible du cadran de Blois, documenté par les cartes postales anciennes, et doté de la signature du savant (comme le cadran du Prieuré). Il est raccordé au système électrique existant et amovible pour permettre l'entretien des cloches.

Grâce à la souscription lancée, au Club des Mécènes de Loir-et-Cher et à la Fondation du patrimoine, 86% du coût des travaux a été trouvé.

Le cadran a finalement été inauguré le mardi 23 octobre en présence des élus, des donateurs, d'Annette Doire, déléguée départementale de la Fondation du patrimoine dans le Loir-et-Cher, et de Frédéric Aubanton, conservateur régional des Monuments historiques (et aussi à l'origine du projet). 

L'église de Saint-Gervais est devenue une curiosité touristique : deux horloges sur deux façades ce n'est pas si fréquent !

Médias