2017 : une année très active sur le terrain de la Sapia !

10 juil. 2018

En 2016, la LPO Loire avait déjà commencé à mettre en œuvre le plan de gestion du site, notamment en complétant les inventaires naturalistes, en faisant des essais de pâturage de la prairie et en éclaircissant la sapinière. 

Mais en 2017, grâce au soutien de la Fondation, ce sont les « grands travaux » qui ont commencé.  Le premier chantier a été la restauration de la mare, de la source, des vasques et du point d’abreuvement grâce à l’intervention de l’entreprise d’insertion Oasure. Pendant plus d’une semaine, 4 personnes en parcours de retour vers l’emploi, encadrées par un chef d’équipe, ont œuvré pour la restauration des milieux humides du site.  Ces travaux ont été une vraie réussite et les points d’eau ont été  immédiatement colonisés par la faune locale (amphibiens, libellules, oiseaux,…) et ont permis à nos « auxiliaires à quatre pattes » de bénéficier d’un point d’abreuvement permanent pendant tout leur séjour. Car ce fût ensuite au tour des vaches de travailler ! Trois vaches bretonnes furent en effet parquées en alternance sur deux espaces de respectivement 1 ha et 1,5 ha afin qu’elles entretiennent les milieux ouverts en pâturant et surtout en piétinant les fougères.  Leur action a été complémentaire au passage d’un rouleau brise-fougères tracté par un cheval. Ce mode d’intervention doux a permis de réduire très fortement la présence et la vigueur de la fougère sur un espace d’un hectare où elle était implantée de manière monospécifique, tout en préservant le milieu. L’action combinée du pâturage et du rouleau a déjà eu des résultats spectaculaires et de nouvelles espèces de plantes, qui ne demandaient qu’à s’exprimer, font déjà leur réapparition sur le site (arnica, crocus, cardamine...). Les bénévoles de la LPO se sont ensuite attelés à la pose et l’installation de gîtes et nichoirs pour différentes espèces : oiseaux (chouettes, mésanges, rougequeues..) mais aussi mammifères, notamment pour le muscardin, un petit rongeur des milieux herbacés qui est présent sur le site. Enfin, ce sont les quelques 700 arbres abattus l’année dernière qui ont été débardés en bord de parcelle en attendant leur évacuation l’année prochaine. Une année très active donc grâce aux moyens accordés par la Fondation mais aussi grâce à l’investissement très important de nombreux bénévoles qui ont passé plusieurs centaines d’heures sur le terrain. Un grand merci à eux ! En 2018 et les années suivantes, les travaux devraient être moins importants mais nous allons poursuivre nos actions d’entretien et de restauration des milieux naturels pour une plus grande expression de la biodiversité du site et allons engager la réflexion sur la signalétique.

Médias