Campagne nationale d'appel aux dons pour la rénovation du Théâtre du Châtelet

18 déc. 2017

A l’occasion des fêtes de fin d’année et dans le cadre des grands travaux de rénovation du Théâtre du Châtelet, la Fondation du patrimoine, en partenariat avec la Ville de Paris et le Théâtre du Châtelet, lance une campagne de crowdfunding pour restaurer certains éléments représentatifs de cet ancien théâtre impérial, lieu emblématique de la capitale dédié aux productions de spectacles musicaux majeurs. L’appel aux dons permettra à chacun de devenir mécène de ce théâtre célèbre dans le monde entier.
La souscription porte sur la restitution du décor historique du Grand Foyer, la rénovation et l’aménagement de la Galerie Adami située dans sa continuité, la réintégration des statues allégoriques originellement disposées sur la balustrade de la terrasse Nijinski et disparues depuis la fin du XIXe siècle, enfin sur la mise en lumière de l’extérieur de l’édifice et en particulier de ses parties supérieures visibles de loin.

Devenez mécène du Théâtre du Châtelet !

Pour cela, rendez-vous ici. Chaque donateur, particulier ou entreprise, pourra bénéficier d’avantages fiscaux, quel que soit
le montant de son don.
L’objectif de la collecte a été fixé à 75 000 €. La Fondation du patrimoine apporte à la restauration du Grand Foyer un financement complémentaire de 250 000 € grâce à son premier mécène la Fondation Total. Les travaux sur lesquels porte la souscription publique s’élèvent pour leur part à 906 000 €. Engagés depuis la fermeture du théâtre en février 2017, les travaux concernent l’extérieur et l’intérieur de l’édifice. Menés sous la conduite de l’architecte Philippe Pumain, ils permettront de restituer au Châtelet sa splendeur patrimoniale originelle et moderniseront le théâtre sur les plans techniques, fonctionnels et scénographiques.
L’ensemble des travaux de restauration patrimoniale représente un budget de 5 000 000 €. La totalité de la réhabilitation du théâtre est de 31 500 000 €.

Le Grand Foyer

Le Grand Foyer sera restauré pour retrouver le décor historique et redonner sa cohérence à cet espace, d’après les dessins de Davioud et sur la base des dégagements du décor originel effectués sur les parois. La polychromie sera rétablie sur les boiseries (lambris et encadrements), avec un décor en faux-bois rouge et brun ponctué de dorure à la feuille d’or sur les reliefs.
Au-dessus du lambris, un papier peint à motifs « végétaux » et géométriques sera restitué en s’inspirant des dessins originaux de Davioud. Les dorures et peintures du plafond à caissons, en relativement bon état de conservation, seront restaurées, tandis que le parquet à point de Hongrie sur lambourdage, très usé et plusieurs fois remplacé depuis l’origine, sera refait à neuf.
Les deux tableaux, représentant des figures allégoriques de la Musique et de la Poésie, qui ont été substitués aux portraits impériaux à la fin du XIXe siècle, seront restaurés, et de nouvelles banquettes à dossier seront disposées le long des parois, selon le projet de Davioud. Les cinq oculi donnant sur la Galerie Adami seront rouverts afin de permettre à nouveau une entrée de lumière naturelle dans le Grand Foyer.

La Galerie Adami

La Galerie Adami, en continuité avec le Grand Foyer, sera également restaurée dans une logique patrimoniale. Les voûtes seront requalifiées par un surlignage des arêtes et des clefs de voûtes, d’après les dessins originaux et les traces de décor retrouvées in situ. Le sous-bassement en pierre sera dégagé des couches de peintures modernes et remis à jour. Le revêtement de sol, actuellement constitué d’un parquet très usé, sera repris en finition minérale avec un calepin répondant à la division des travées, selon les dispositions d’origine. Les deux escaliers « Chalet », installés à la fin du XIXe siècle et amputés en 1979 de leurs volées supérieures conduisant à la terrasse Nijinski, seront déposés de manière à redonner son intégrité à l’espace de la galerie.
Dans le cadre de l’opération « 2 » (restauration de la façade principale Place du Châtelet), les volumes verriers existants seront intégralement remplacés, avec des châssis en acier plus fins que les actuels châssis en aluminium anodisé et une division des volumes permettant de rendre une meilleure lisibilité aux grands arcs de la façade.

Les statues allégoriques de la terrasse Nijinski

Les statues allégoriques (La Danse, le Drame, la Comédie et la Musique) originellement disposées sur les dés en pierre rythmant la balustrade de la terrasse Nijinski, et disparues depuis la fin du XIXe siècle, seront restituées d’après l’iconographie historique et les documents photographiques anciens, afin de rétablir le couronnement de la partie centrale de la façade tel que l’avait souhaité et réalisé Davioud. Le travail de restitution se fera sous le contrôle de la Conservation Régionale des Monuments Historiques (DRAC Ile-de- France) et de l’Architecte des Bâtiments de France.

La mise en lumière

Le parti pris de mise en lumière de l’extérieur du Théâtre du Châtelet propose de renforcer, sans emphase inutile, la présence de l’édifice dans l’espace urbain nocturne. Le système d’éclairage projeté souligne en priorité la composition architecturale de la façade principale sur la Place du Châtelet, y compris les travées en retour des avant-corps côté quai de la Mégisserie et avenue Victoria, avec des rehauts ponctuels sur les cartouches et autres éléments décoratifs de la façade.
Par ailleurs, à l’échelle urbaine, l’accent est mis sur l’éclairage des parties supérieures de l’édifice, visibles de loin : éclairage des parois du corps central soulignant le rythme de la composition architecturale, éclairage linéaire de la crête de toiture, éclairage ponctuel des deux groupes sculptés en extrémité de la toiture haute côté rue Edouard Colonne et Place du Châtelet, et enfin éclairage de l’intérieur du lanternon central, constituant un petit «phare» dans la nuit parisienne.

Médias