ÉTAT DES TRAVAUX DE RESTAURATION DE LA CHAPELLE SAINTE-FOY, TRÉSORS DE L’ÉCUSSON MONTPELLIERAIN

19 févr. 2018

   La chapelle Sainte-Foy, discrètement située parmi les autres bâtiments de la rue Jacques Cœur à Montpellier, va bientôt entamer la prochaine phase de travaux, portant en grande partie sur la toiture. Les interventions à venir concerneront le gros œuvre (chevrons, tuiles, dalles, ...) et ne seront pas visibles pour le spectateur. C'est pourquoi l'article suivant pourra vous permettre de mieux saisir en quoi consisteront les chantiers de l'année 2018.

   Voici en quelques mots ce qui avait été fait lors de la campagne de restauration précédente. La toiture principale présentait des problèmes d'étanchéité occasionnant des fuites et il se révélait alors urgent d'intervenir. Les travaux débutèrent sur la partie ouest du toit, s'étendant sur une petite superficie et comportant cependant d'importantes difficultés techniques. En effet, après avoir déposer la couverture, la charpente révéla un fort fléchissement qui l'obligeait à se reposer sur le plafond. La plupart des poutres et des chevrons durent être remplacées, et le plafond fut suspendu à une structure métallique indépendante posée au-dessus du toit. Cette opération complexe entraîna à la fois un surplus de coût en temps et argent qui obligea l'association des Pénitents Blancs à diviser la réfection du toit en deux phases. La première s'est ainsi étalée sur l'année 2015 et le début de l'année 2016.

À côté de cela, les maçonneries de la face est du clocher et du mur de la salle des archives furent reprises, et la cloche, une des plus anciennes du département, fut restaurée. La voûte en plâtre de la salle des archives a été étayée car elle s'était ouverte à plusieurs endroits. Quelques interventions sont également visibles par les visiteurs, notamment celles de 2017 concernant le décor et le mobilier. Pour n'en citer qu'une, le tabernacle du maître-autel fut débarrassé de ses dorures et expose de nouveau sa magnifique polychromie constituée de cinq sortes de marbre différentes (marbre Portor, marbre de Carrare, marbre de Sienne jaune, ...).

   Aujourd'hui, la seconde phase des travaux de la toiture principale ne devrait pas tarder à se lancer. Plus étendue en superficie, elle comporte toutefois moins de difficultés techniques. La charpente de la partie est étant directement visible depuis les combles, un diagnostiques plus précis a pu être effectué. Aucune poutre ne sera remplacée, seuls certains chevrons nécessitent d'être changés.
Concernant la couverture, la pente trop forte de 37° (pour une norme de 30°) ainsi que les effets de vents causés par les bâtiments modernes environnants provoquent un glissement et un soulèvement des tuiles. La décision a été prise de les poser sur des tuiles canal sous-jacentes, vissées sur les liteaux de la charpente, et un maximum des tuiles originelles sera conservé (obligation soumise aux édifices historiques les plus hauts de la ville).

Des travaux de maçonneries sont également prévus sur la façade nord, côté cour intérieure, ainsi que dans les coursives. Le plafond de ces dernières fut repris dans les années 1930 pour être recouvert de dalles de ciment. Ce matériau n'étant pas du tout adapté à la fonction de couverture, des problèmes d'étanchéité se sont manifestés et il est donc nécessaire de changer les dalles.

   Enfin, dans les années à venir, le décor intérieur devra également être restauré. Les dorures auraient besoin d'être refaites et plusieurs toiles sont abîmées. La salle des archives attend également que son plafond soit renforcé ; pour le moment, les étais demeurent.

Médias