Inauguration des vitraux crées par Tahar Ben Jelloun à l'église Saint Genulf au Thoureil

6 déc. 2019

Le samedi 30 novembre dernier, la Mairie de Gennes-Val-de-Loire a inauguré la création de 8 vitraux contemporains dans l’église Saint-Genulf au Thoureil, réalisés par l’artiste Tahar Ben Jelloun et Philippe Brissy, Maître-verrier de l’Atelier Théophile à Saumur.

Il y a un an, la Mairie de Gennes-Val-de-Loire et la Fondation du patrimoine lançaient une campagne de mécénat populaire pour la création de ces vitraux, dont le coût s’élève à 112 200€ HT. De nombreuses personnes se sont mobilisées pour soutenir le projet pour un montant collecté de près de 35 000€. Grâce à ces dons et aux différents partenaires, le projet a pu se réaliser.

Conscient de l’intérêt touristique de la commune et de la région en 2014, le Maire et le conseil municipal du Thoureil ont souhaité faire appel à un artiste afin qu’il apporte sa contribution, son talent, son imagination dans la création de vitraux contemporains et donner de la couleur à ces belles ouvertures sur le ciel angevin. Les huit vitraux réalisés au début du XIXe siècle étaient constitués de verres clairs losangés laissant pénétrer une lumière brutale et crue.

Tahar Ben Jelloun est artiste, peintre et écrivain. Il est connu pour avoir remporté le prix Goncourt avec l’ouvrage «La nuit sacrée» en 1987. Le choix de Tahar Ben Jelloun pour réaliser cette oeuvre contemporaine résulte d’une volonté symbolique d’échanges entre le monde méditerranéen et le continent européen en ces temps où il faut rassembler, dialoguer, réunir et être ouvert au regard de l’autre. Présent dans de nombreuses expositions, on peut y admirer une liberté totale influencée par la richesse des cultures, transformée au fil des voyages, des rencontres et des connaissances.

Selon Tahar Ben Jelloun « l’église est modeste. Des vitraux de couleurs rappelant aussi bien la Loire que la Méditerranée vont peut-être lui donner une présence plus vive, plus ouverte. Puisse cette initiative rendre cette petite église plus grande, plus complice de La Loire. Des vitraux qui vivent grâce à la lumière qui danse ne peuvent qu’ajouter de l’esprit joyeux à une spiritualité qui rend les gens heureux. »

Les vitraux affichent une large palette de couleurs qui rappellent aussi bien la Loire que la Méditerranée. Philippe Brissy, Maître-Verrier en charge de la réalisation des vitraux, a su les sublimer à travers différentes techniques, telles que la fusion de verres afin de limiter l’emploi des profilés de plomb ou le thermoformage pour jouer sur les reliefs.

Financement du projet : Le Thoureil a bénéficié des aides suivantes : État (DRAC) : 18 000 € et 15 000 € en 2019, la région des Pays de la Loire : 32 539 € (30 %),  le Département de Maine-et-Loire : 5 000 € et 5 000 € en 2019, la collecte de dons de la Fondation du patrimoine : 34 187.80€ et le mécénat en nature de Saint Gobain et Saint Just : 2782.31€.

Médias