L'accessibilité du patrimoine bâti : tous concernés

6 févr. 2018

   Tant que nous ne sommes pas concernés, il est difficile de se rendre compte de la difficulté d'évoluer dans l'espace public avec un handicap physique ou mental. Mais il suffit d'une paire de béquilles pour réaliser que bien souvent l'accès intérieur des bâtiments se ferme à nous.

C'est pour parler de ce problème que se sont réunis le 2 février de nombreux professionnels à l'abbaye de Valmagne, dans la commune de Villeveyrac.
Étaient présents les propriétaires de l'abbaye, la DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer) de l'Hérault, la CAPEB (Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment), l'UDAP (Unité Départementale de l’Architecture et du Patrimoine), l'association Tourisme et Handicape, le CLCPH (Comité de Liaison et de Coordination des Associations de Personnes Handicapées), des artisans ainsi la Fondation du patrimoine.

   Vous vous demanderez peut-être quel est le lien entre cette problématique et le patrimoine. Et bien, au même titre que les personnes handicapées devraient pouvoir se déplacer, sortir et se divertir comme n'importe qui, elles devraient avoir accès à la découverte du patrimoine de façon (quasi-)systématique. Et pourtant, cela est loin d'être le cas : l'initiative de mettre en place des normes d'accès pour les personnes touchées de handicap reste récente et leur mise en place se fait difficilement. En effet, pour beaucoup – propriétaires et artisans – cela représente une contrainte qu'il est encore facile de contourner de nos jours. Se rajoutent à cela un manque de connaissances quant à ces normes ainsi que la complexité de leur application. Laurence D'ALLAINES, propriétaire de l'abbaye de Valmagne, témoignait ainsi de ce problème en évoquant l'installation de rampes pour les personnes en fauteuil roulant, rampes dont la longueur doit aussi être appropriée à la venue de personnes mal ou non-voyantes. Qui plus est, certaines normes changent rapidement et il est parfois dur de suivre la cadence. La question se pose également de savoir comment intégrer un équipement adapté sans altérer l'intégrité d'un monument historique.
Malgré cela il est important d'agir. En plus d'engendrer des inégalités, le manque de structures pour personnes handicapées sur les lieux touristiques touche une part non négligeable de la population : 40 % des Français présentent un handicap permanent ou temporaire. En outre, ces aménagements seraient profitables aux autres visiteurs, tels que les femmes enceintes, les parents avec poussettes, les personnes âgées, etc.
Quelles sont les lignes directrices de ces normes ? Permettre aux personnes handicapées de se mouvoir librement et de profiter pleinement des services en toute autonomie, en somme vivre comme les autres.
Quelques exemples d'équipement nous ont été donnés par Gilles GRANGE, trésorier du CLCPH, tels que des espaces de cheminements extérieurs et intérieurs assez larges, des plans tactiles ou encore des panneaux explicatifs inclinés et comportant un QR code.

   Ces dernières années, plusieurs mesures ont également été prises, issues de la collaboration entre différents agents tels que les départements, les élus, les professionnels de santé, les artisans, les commerçants, les personnes en situation de handicap et bien d'autres encore. En voici quelques unes :

  • le label HANDIBAT® : créée au début des années 2000 pour les professionnels, il s’agit d’une marque CAPEB. Elle est une référence dans le secteur du bâtiment en matière d’accessibilité pour les PMR (Personne à Mobilité Réduite) et personnes handicapées.
  • la marque TOURISME ET HANDICAP : créée en 2001, elle a pour but de permettre aux personnes en situation de handicap de pouvoir choisir leurs vacances et leurs loisirs en toute liberté. La marque apporte une garantie d’un accueil efficace et adapté aux besoins indispensables des personnes handicapées.
  • la marque DESTINATION POUR TOUS : l'objectif de la marque est de valoriser une destination proposant une offre touristique globale pour les personnes handicapées, intégrant à la fois l'accessibilité des activités touristiques et celle des autres aspects de la vie quotidienne. Cette marque, lancée en 2013 conjointement par les ministères en charge des personnes handicapées et du tourisme, est attribué pour une durée de 3 ans
  • le PACK ACCESSIBILITÉ : issu d’un partenariat entre le Département de l’Hérault, Hérault Tourisme et la CAPEB, il est destiné à aider les prestataires de structures touristiques en recherche de professionnels du bâtiment formés au handicap. Le pack Accessibilité facilite les démarches et travaux de mise en accessibilité en proposant diagnostic, devis et travaux, aides de financement, une certification ou labellisation Tourisme Handicap ainsi qu’une communication dès l’attribution de la marque Tourisme Handicap.
  • l'ÉTAPE : créé en 2009 à Lattes (Hérault), il s’agit d’un lieu proposant des conseils, formations, informations et démonstrations d’outils et d’aides techniques pour le maintien de l’autonomie. Le service rendu est gratuit et s’adresse à toute personne habitant l’Hérault (particuliers, aidants et professionnels) pouvant être confrontée directement ou indirectement à une difficulté d’autonomie.
  • l'Ad'AP : depuis le 1er janvier 2015, les Agendas d’Accessibilité Programmée permettent à tout gestionnaire d’ERP (Établissement Recevant du Public) de poursuivre ou de réaliser l’accessibilité de son établissement après cette date et dans le respect des obligations fixées par la loi du 11 février 2005. Un Ad'AP correspond à un engagement de réaliser des travaux dans un délai déterminé, de les financer et de respecter les règles d’accessibilité, en contrepartie de la levée des risques de sanction.


NOTA BENE
Si vous avez l’occasion, nous vous conseillons une petite visite de l’abbaye de Valmagne. Fondée au XIIe siècle, elle fut jusqu’au XIVe siècle l’une des abbayes les plus riches du sud de la France. En témoigne son abbatiale de style gothique rayonnant s’élevant sur 24,5 mètres de haut. La quasi-totalité du monument est accessible aux personnes handicapées, et des travaux sont en train de faire de même pour une partie du caveau et les toilettes.

Médias