Le 16 et 17 septembre 2017 : des journées à marquer de pierres qui ont retrouvé leur âme !

15 sept. 2017

Délégation des Alpes-Maritimes : quatre inaugurations au programme, l’occasion de féliciter les porteurs de projet, les élus et les donateurs qui les soutiennent.

_____

Depuis 1985, les journées du patrimoine rythment significativement l'agenda culturel de l'année en mettant à l'honneur le patrimoine national pendant deux jours ! A l’occasion de cet événement incontournable de la rentrée, la Fondation du patrimoine des Alpes-Maritimes est heureuse de pousser au-devant de la scène, lumières tournées sur le mécénat populaire, quatre projets des plus remarquables.

*

1. Pour cette édition, les journées s’ouvriront sur l’inauguration de la Chapelle Saint-Jean-Pape et du lavoir de Naouc à Cabris, en présence du Maire, Monsieur Pierre Bornet accompagné du conseil municipal et élus du département. Premier évènement du weekend à ne pas manquer, le rendez-vous est donné à 11h samedi 16 septembre à ceux qui souhaitent découvrir le nouveau visage des édifices du patrimoine communal cabrienc. Lancée en 2012, la souscription était pour le moins ambitieuse car elle avait pour but la réhabilitation non pas d’un mais de deux bâtiments : une chapelle à flanc de coteau édifiée en 1848 et laissée à l’abandon, dominant un lavoir qui, faute de toit, capturait vainement une eau pourtant si précieuse.

Après des mois de travaux menés ardemment avec le concours des entreprises SMBR, Paccard et La Fabresso, ces deux édifices arborent désormais une toute autre figure. La chapelle a troqué ses vielles façades, son faîte pointu et son intérieur délabré pour un attirail flambant neuf. Le vide céleste qui recouvrait auparavant le lavoir n’est plus et le bâtiment possède désormais une toiture digne de ce nom. Cet ensemble maintenant rénové, témoigne d’un bel élan de mécénat populaire déployé à l’égard de l’une des plus anciennes communes du département : près de 28 000 euros auront été collectés sans compter l’abondement de 4 500€ concédé par la Fondation. Ce gain vient ainsi alléger le montant des travaux qui s’élevait à 65 000 € au total.

*

2. La seconde inauguration de la journée, celle de la Chapelle Saint Roch à Biot, aura lieu à 18h en présence de Guilaine Debras, maire de la ville et des représentants municipaux. Biot, la commune bonne élève à l’école de la sauvegarde du patrimoine, a déjà fait l’objet de deux souscriptions et de près de dix labels. L’aboutissement de ce projet de restauration de la chapelle Saint Roch vient en effet compléter la brillante opération menée en 2013 pour rénover l’église Sainte-Marie Madeleine. Désireuse de poursuivre son action, la municipalité avait décidé du lancement d’un nouvel appel aux dons avec le concours de la Fondation, pour redonner sa superbe d’antan à un édifice qui passait injustement inaperçu. La levée de fonds a remporté un très franc succès puisque 124 526 euros, soit la quasi-totalité du montant des travaux, ont été collectés.

Dénaturée, dégradée, cette bâtisse qui ressemble davantage à un oratoire qu’à une chapelle, est maintenant digne de son inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques et constitue un monument clé de la ville. Elle a fait l’objet d’une restauration dite en conservation, c’est-à-dire en conservant tous les éléments pouvant être maintenus en place, afin de préserver l’héritage du passé sans édulcorer leur valeur patrimoniale première. Confié à l’architecte Sophie Tramonti, le projet comportait différentes étapes de rénovation à l’extérieur comme à l’intérieur.

*

3. Dimanche 17 septembre, la Fondation vous convie à la troisième inauguration de ce weekend inédit, qui aura lieu à l’église de La Trinité, commune voisine de Nice côtoyant le torrent du Paillon. L’événement débutera à 10 heures, dans le respect de la tradition liturgique dominicale, par la messe, célébrée par Monseigneur Barsi, évêque de Monaco, avant de fêter dignement la restauration de cette église et de sa chapelle en l’honneur des Journées du Patrimoine à partir de 11h30. L’évènement se déroulera en présence du Maire de la commune, Jean-Paul Dalmasso et des conseillers municipaux.

Reconnue pour son architecture particulière, l’église a fait son entrée au Patrimoine Historique en 2004. L’édifice et sa chapelle, séparés par une petite ruelle, étaient en proie aux dégradations dues à des problèmes d’étanchéité récurrents. Le besoin d’intervention se faisait donc pressant pour permettre à la fois de préserver le bâtiment et maintenir l’activité paroissiale trinitaire.


Afin de redonner son éclat originel à ce joyau communal, les façades de la chapelle et de l’église, ainsi que la toiture de cette-dernière ont été remises en état dans le respect des spécificités et complexités architecturales de la paroisse. La maîtrise d’ouvrage a été confiée au SIVoM Val-de-Banquière pour un projet qui aura réuni différentes entreprises spécialisées comme SMBR, Bourgeois ou encore, Lanteri. Là encore, le mécénat populaire a battu son plein, comme en témoigne le montant de la collecte finale qui s’élève à près de 24 000 euros. A cette somme viennent s’ajouter 16 500 € d’aide octroyés par la Fondation.

*

4. Pour clôturer en beauté ces deux journées placées sous l’égide patrimoniale, il faudra se rendre sur le coup de 18h00 à Gorbio, charmant petit village médiéval perché sur les hauteurs de Menton, pour admirer la transformation de la chapelle des Pénitents Blancs. A l’instar des évènements qui auront précédé celui-ci, cette inauguration réunira entre autres, les représentants de la Fondation, les conseillers municipaux ainsi que le maire de la commune, Michel Isnard.

Depuis le XVIIème siècle, la Confrérie des Pénitents Blancs de la Sainte Croix siègent entre les murs de cette jolie chapelle édifiée au milieu du XVème siècle. Ils furent également les premiers témoins de l’état de dégradation du bâtiment et de son architecture peu à peu dépouillée. La chapelle abrite pourtant de nombreux trésors, eux aussi menacés : fresques, tableaux, moulures, objets de procession...


Afin de préserver la valeur de cet édifice en lui redonnant une nouvelle jeunesse et pérenniser les traditions religieuses instaurées par la confrérie, sa restauration complète est décidée en 2014. Les travaux, dont le coût total était estimé à plus de 120 000 €, ont constitué un remarquable projet de restauration intérieure et extérieure. En effet, plusieurs corps de métiers ont ainsi été mis à l’honneur : maçons, ébénistes, restaurateurs ou encore, fresquistes. Le lancement de la souscription mise en oeuvre avec la Fondation du patrimoine a permis de récolter près de 25 000 €, abondés de 13 000 € fournis par la Fondation.

 

Retrouvez tous les projets de la Fondation en cliquant ici

 

Médias