Métiers & savoir-faire - témoignage de Gérard Brégent, dirigeant de l'entreprise JOUBREL

22 juin 2020

Dans ce nouvel article dédié aux métiers & savoir-faire  du patrimoine, nous donnons la parole à Gérard Brégent, dirigeant de l’entreprise JOUBREL basée à La Mézière au nord de Rennes. Ses artisans sont spécialisés dans la maçonnerie et la taille de pierre, et restaurent principalement les Monuments historiques et les bâtisses anciennes.

 

Après des études à l’École Saint-Lambert à Paris (15e) où il apprend le métier de métreur/dessinateur en restauration de Monuments historiques, il obtient très tôt un poste de cadre au sein d’une entreprise spécialisée dans la maçonnerie et la taille de pierre en Alsace-Lorraine. Lorsque cette dernière est rachetée par le groupe Eiffage, lui qui « n’aime pas les grands groupes » et préfère les entreprises familiales et à taille humaine, décide de quitter son poste. Le milieu des Monuments historiques étant « un monde très petit où tout le monde se connait » nous dit-il, il se retrouve très vite avec plusieurs propositions d’embauches. Parmi elles, le poste de dirigeant de l’entreprise JOUBREL, située près de Rennes. Fils de parents bretons et attaché à cette région, il nous explique ne pas avoir hésité longtemps avant d’accepter le poste ! C’est donc avec femme et enfants qu’il décide de déménager en Bretagne pour reprendre la gestion de l’entreprise JOUBREL en 1987. Puis, en 2002, il la rachète intégralement, et en devient le propriétaire.
Aujourd’hui, il nous livre, non sans fierté, que c’est son fils, « l’enfant [qu’il a] tenu dans ses bras pour venir jusqu’ici » qui reprend la direction de l’entreprise à sa suite.

 

Lorsque nous lui demandons quelles sont les qualités indispensables pour exercer ce métier, il répond sans hésitation que le plus important est « d’être amoureux de son métier, d’aller au travail avec le sourire chaque matin » et de sans cesse persévérer. En tant que dirigeant d’entreprise, il nous explique qu’il faut savoir « avoir une main - ferme - dans un gant de velours ».

 

Difficile pour lui de trancher sur les plus beaux projets qu’ils ont réalisé, car des projets marquants, Gérard Brégent en a connu beaucoup au cours de sa carrière. Il a tout de même tenu à nous en citer deux. Ainsi, il nous rapporte que cela fait plus de 30 ans que les artisans maçons et tailleurs de pierre de l’entreprise exercent leur savoir-faire à travers la restauration du château du Bois Orcan à Noyal-sur-Vilaine, propriété d’un riche industriel. Le château, les communs, la chapelle, le pigeonnier … une très belle restauration de A à Z. Puis, il nous raconte qu’en 1994, lorsque le Parlement de Bretagne s’embrase, lui et ses artisans sont appelés dès l’aube pour venir sauvegarder le monument. Une belle aventure qui durera plusieurs années.

 

L’entreprise JOUBREL c’est aujourd’hui une entreprise familiale, qui compte une trentaine de salariés, tous passionnés et amoureux de leur métier. Une entreprise qui a le goût de la transmission du savoir-faire, et qui forme chaque année de futurs maçons et tailleurs de pierre. Nombreux sont les salariés à être là depuis longtemps, « les chefs d’aujourd’hui sont les poussins d’hier » nous confie Gérard Brégent. Il parle de l’entreprise comme d’une « pépinière », où la relève est assurée pour les années à venir.

 

Finalement, il nous explique qu’au sein de l’entreprise, tous s’efforcent à viser l’excellence, inatteignable selon lui, car « l’excellence, c’est le graal que l’on poursuit toute notre vie mais que l’on n’atteint jamais ».

 

Anecdote

« Il y a trois ou quatre ans, nous intervenions sur l’église de Rochefort-en-Terre, et la Ville concourait pour le Village préféré des Français. Le chantier avait connu quelques surprises comme souvent, et avait pris du retard. Les caméras de télévision, et Stéphane Bern étaient attendus, et le maire de l’époque s’inquiétait du rendu peu esthétique des échafaudages. Nous l’avons donc rassuré, en lui démontrant que la venue de Stéphane Bern et de la télévision offrait une belle visibilité à la ville ! Le jour J, je me souviens avoir passé une très bonne journée aux côtés Stéphane Bern. Lui qui ne voulait pas mettre de casque a fini par accepter et à monter sur les échafaudages avec nous ! C’est un bon souvenir car en plus la commune a été élue Village préféré des Français, nous avons réussi à retourner la restauration de l’église en véritable atout pour la ville ! »

 

Médias