Mission patrimoine 2019 – Le moulin de Bar-sur-Seine (Aube) représente la région Grand Est

11 mars 2019

Le patrimoine de proximité est une passion pour de nombreux français. Sa préservation et sa valorisation sont des enjeux auxquels nous devons accorder le plus grand intérêt. La mission patrimoine confiée par le Président de la République à Stéphane Bern en 2018 a par ailleurs souligné l’urgence avec laquelle nous devons agir si nous souhaitons transmettre ces éléments constitutifs de notre histoire aux nouvelles générations. Identifier, sauver, valoriser sont les maîtres mots de la mission patrimoine. Depuis 2018 ce sont 3500 sites qui ont été identifiés parmi eux 387 jugés prioritaires ont été sélectionnés en concertation entre les services du ministère de la culture et de la Fondation du patrimoine.

La délégation Champagne-Ardenne de la Fondation du patrimoine est tout à la fois heureuse et fière de représenter la région Grand Est pour l’édition de la mission patrimoine 2019 avec le projet de réhabilitation du moulin de Bar-sur-Seine.

La présence de moulins à l’emplacement de celui de Bar-sur-Seine est attestée dès le XIème siècle. L’actuel moulin est un bâtiment remarquable des années 1860, dernier vestige des grands moulins à pan de bois utilisant la force hydraulique et installés sur la Seine dans le sillage de la première révolution industrielle. Il témoigne de la concentration de la meunerie en de grandes unités de production, faisant disparaître de nombreux petits moulins devenus non rentables. Ces moulins de grande taille contribuaient également à améliorer la qualité de la farine, puisqu’ils permettaient le traitement et le nettoyage des grains avant broyage fin au fur et à mesure des étages.

Le moulin de Bar-sur-Seine reste pour plusieurs générations de champenois, un symbole d’abandon du patrimoine local en attente d’une restauration. Sa réhabilitation s’inscrit dans un projet de redynamisation sur le plan touristique du centre-bourg de Bar-sur-Seine. Une partie de l’immeuble sera utilisée pour des manifestations culturelles ainsi que pour la promotion du vignoble champenois. Des partenariats avec des collectivités locales sont également envisagés de sorte que chaque barséquanais et habitant de la région s’approprie l’image de ce bien comme faisant partie de son environnement familier. Ce projet vise à donner un nouvel essor touristique, tout en maintenant et créant des emplois, à une ville d’une grande richesse patrimoniale et éloignée des bassins d’emploi.

Le bâtiment, composé de cinq travées de portiques bois sur quatre niveaux pour une surface de 235 m² par plateau nécessite d’importants travaux d’urgence. Les fuites d'eau sur la toiture endommagent l’ensemble du bâtiment en bois. Cela a entraîné l’apparition d’insectes à larves xylophages, détruisant la structure.

Compte tenu de l’état de péril du bâtiment, les travaux de réhabilitation seront divisés en deux tranches. La première permettra de réaliser des travaux d’urgence sur la couverture et de la charpente et remplissage des pans de bois. L’opération de remplissage des pans de bois pourra par ailleurs être le fruit d’une collaboration avec un chantier école en relation avec l’Institut Universitaire des Métiers et du Patrimoine basé à Troyes. La seconde tranche de travaux portera sur la restauration des menuiseries extérieures en bois. Le début des travaux devrait débuter au printemps 2020 mais une souscription devrait être prochainement lancée par la Fondation du patrimoine en Champagne-Ardenne pour soutenir ce projet ambitieux.

En 2018 déjà 10 sites avaient été retenu en Champagne-Ardenne et ont pu béféficier de 313 000 € alloués par la mission patrimoine.  Dans les Ardennes le château de Sedan et les thermes gallo-romains de Warcq. Pour l’Aube, l’église Saint Georges d’Etourvy. Dans la Marne, le pavillon Lambert du circuit automobile de Gueux. Et enfin dans la Haute-Marne, les projets des anciennes fonderies à Osne-le-Val, la tour canonnière du château de Vignory, la porterie de l’ancienne abbaye cistercienne de Morimond à Parnoy-en-Bassigny, l’église Saint Bénigne de Domblain, l’abbaye de Longuay à Aubepierre-sur-Aube et les jardins suspendus de Cohons.

 

Noémie Coibion
Chargée de mission
Fondation du patrimoine Champagne-Ardenne
21 RUE ANDRIEUX 
CS 60033
51723 REIMS Cedex
noemie.coibion@fondation-patrimoine.org
champagneardenne@fondation-patrimoine.org
03.26.97.81.72

Médias