Quand le numérique entre dans nos Métiers d'Art : témoignage sur la passion et la transmission des savoir-faire

1 avr. 2020

François Simon-Fustier, premier Maître d'Art Horloger de France, nous raconte un recrutement hors normes : un pari et une réussite, belle promesse sur l'avenir des Métiers d'Art

" Métiers d’Art Thérapie, création d’emploi heureux, insertion par le détournement de compétence…

Tous ces vocables définissent la belle aventure humaine rendue possible grâce au soutien de la Fondation du patrimoine et à l’intelligence collective.

En 2013, l’avenir ne semble pas dégagé pour Sébastien : BAC SI, un peu de Prépa, un peu d’IUT, mais toujours cette phobie scolaire qui revient et l’empêche de continuer.

Pour sortir de la pression, il signe un contrat d’apprentissage en horlogerie de deux ans, exécute la première année mais craque de nouveau en septembre 2014 : impossible de retourner au centre de formation.

Première mobilisation de bonne volonté : la Région, la CMA, la SEPR font comme si le contrat continuait normalement et me laisse lui organiser une sorte de temps partiel thérapeutique à l’atelier. Comme Sébastien a de solides connaissances en informatique je lui demande de poursuivre les travaux que j’ai commencé péniblement sur la 3D et petit à petit il se reconstruit, aidé par Robin qui est son formateur attitré en horlogerie.

En septembre 2015, je décide d’aller plus loin et de lui créer un poste d’horloger-informaticien. Pari sur l’avenir certes, mais être artisan d’art c’est aussi être un peu fou.

En 2016, Jean-Bernard Nuiry me propose de monter un dossier et le défend avec tant de conviction que la Fondation du patrimoine alloue à notre projet une bourse de 17 000 euros.

Aujourd’hui, l’Horloger de la Croix-Rousse travaille avec l’ENISE sur le développement de l’horlogerie en réalité virtuelle à destination des musées. C’est Sébastien qui gère le dossier et qui a fait dernièrement la présentation publique de nos travaux, micro en main, lors d’un colloque sur le numérique.

Ce jour-là, j’étais au Portugal, pour l’ingénierie de restauration des deux plus grosses horloges carillon inventoriées au patrimoine de l’Unesco. Première mondiale rendue possible grâce à la création de tutoriel de démontage sur tablette tactile… conséquence d’une belle chaine de solidarité ! "

François Simon-Fustier - Horloger de la Croix-Rousse - Entreprise du Patrimoine Vivant

Pour en savoir plus sur cet artisan :

 

Médias