Quelques photos sur l’avancement des travaux du Titan

17 mai 2017

Il aura fallu plus de dix ans au biterrois Jean-Antoine Injalbert (1845-1933) pour réaliser son œuvre la plus célèbre, la fontaine du Titan. En effet, bien que ces premières recherches sur le Titan commencent en 1878, ce n’est qu’en 1893 que la statue est inaugurée dans le Jardin du Plateau des Poètes à Bézier.

Cette fontaine, haute de dix-sept mètres, est composée de trois parties : On trouve au sommet le personnage du Titan Atlas en bronze qui porte le monde sur ses épaules. Il repose sur un coquillage géant soutenu par deux chevaux marins guidés par les anges joueurs. L’ensemble surmonte une grotte artificielle dont l’entrée est encadrée par un atlante, allégorie de la vieillesse (aussi interprété comme le Titan Japet, père d’Atlas) et une cariatide, allégorie de la jeunesse (aussi interprétée comme Thémis, sa mère). L’ensemble est fait en marbre de Carrare. A l’arrière on trouve une représentation du dieu Pan, qui crache un tumulte d’eau qui est détourné par un enfant pour en éclabousser un autre. C’est, avec le monument au mort, l’œuvre la plus importante et la plus emblématique de ce parc. Elle est le point de départ du circuit d’eau sur la quasi-totalité du jardin. La fontaine a eu une histoire mouvementée, en effet, en 1942 le bronze est réquisitionné. Il est alors démonté et caché dans des établissements locaux avant d’être réinstallé à la libération. Une étude menée en 2014 a démontré l’urgence de la restauration de la fontaine. Des études furent entamées pour la restauration de la sculpture, des espaces verts de la fontaine ainsi que la maçonnerie et la création d’un circuit hydraulique.

Aujourd’hui, la restauration est en cours afin que la fontaine retrouve toute son intégrité et une seconde jeunesse.

Médias