Régis Barbier, mécène du patrimoine girondin

6 mars 2017

Le Groupe CARTÉGIE est leader dans le data marketing et commercial sur les entreprises et les consommateurs français. Notre métier consiste à aider nos clients à fidéliser et recruter de nouveaux clients en leur fournissant des services et des solutions technologiques innovantes.  

Notre groupe a rejoint le club de mécènes de Gironde dès son lancement en 2014.

Qu’est ce qui peut convaincre une entreprise de rejoindre un club de mécène ?  

Elle doit avoir une appétence pour le patrimoine local. Bordeaux, et plus largement l’Aquitaine détiennent un énorme patrimoine culturel. Installés sur ce territoire, nous avions naturellement une sensibilité pour cet enjeu. Ces dernières années, nous avons observé de nombreuses dégradations, et c’est l’envie d’agir qui nous a convaincus de rejoindre le club de mécène.  

Assez vite, nous avons constaté qu’il était plus adapté d’administrer notre soutien à des projets d’envergure modeste, de « petits » projets : des petites églises, des lavoirs, des greniers,… Sur de grands chantiers de restauration, le soutien du club de mécène est vite noyé, sans relais. Tandis que sur le patrimoine de proximité, nous bâtissons des relations solides avec de petites communes, qui sont très heureuses de recevoir notre aide. Nous avons de véritables retours, et notre soutien en tant que club fait la différence.

Y-a-t-il un projet qui vous a particulièrement touché ?

Toutes les rénovations ont leur importance à mes yeux. Les projets de petites envergures qui ont une grande valeur, comme par exemple la rénovation de la façade d’une église, ou son chœur. Ceux-là sont de vrais investissements pour le patrimoine girondin.

Comment envisagez-vous le futur du club de mécène girondin ?

Il me semble que le club va se tourner de plus en plus vers des projets à petite enveloppe et à taille humaine, afin que son soutien ait un impact décisif.  

Le club a également pour vocation de s’étoffer avec de nouveaux membres ; il pourrait atteindre sa vitesse de croisière avec une quinzaine de membres. Mais la recherche de nouveaux membres n’est pas aisée, après tout les sociétés sont déjà très sollicitées et elles ont besoin d’un retour sur investissement loin d’être évident sur le court terme.

Il serait également intéressant de chercher des mécènes dans des nouveaux secteurs, celui du BTP est très représenté. Les réunions du club sont un moment convivial où il est agréable de rencontrer de nouvelles professions. Elles permettent d’échanger entre passionnés du patrimoine dans des lieux emblématiques, souvent chargés d’histoire.

Le club de Gironde est un jeune club avec un potentiel important, dans une région au patrimoine considérable.

 

Pour en savoir plus sur Mécènes du Patrimoine en Gironde

Médias