Réversibilité chérie

1 avr. 2020

Caroline Snyers, conservatrice-restauratrice témoigne de son chantier de l'église Saint-Donat de Sainte-Croix dans l'Ain et de la réversibilité des actions sur le patrimoine.

"Construite à la fin du XIXè siècle, l’église de Sainte-Croix réserve son décor peint pour le choeur : deux grandes toiles peintes par Henry de Gaudemaris (1853-1903) représentant Saint Donat et Sainte Hélène ornent l’entrée du choeur tandis que le fond présente des motifs décoratifs.
A la fin du XXè siècle, après Vatican II, comme dans de nombreuses églises, la table de communion est supprimée, l’autel et le lustre supprimés et la partie décorative du chœur badigeonnée de blanc.

Au début du XXIè siècle, la mairie propriétaire demande l’enlèvement de la peinture blanche.

Les opérations de dégagement ont permis de retrouver les motifs de palmes sur fond rose et blanc et de constater que des fuites d’eau avaient fait disparaître certaines zones au droit des voûtes.
Les parties manquantes ont été reconstituées à partir de poncifs. L’ensemble a été patiné pour s’accorder aux parties originales.
Le programme décoratif d’Henri de Gaudemaris retrouve ainsi son intégrité.

La difficulté de l’opération était d’ordre chimique, puisqu’il fallait dégager la couche de peinture blanche tout en préservant la peinture de Gaudemaris.
Elle a été très délicate et doit nous faire réfléchir à la réversibilité des interventions sur le patrimoine : on ne doit rien ajouter qu’on ne puisse retirer sans mettre l’original en danger !"

Caroline Snyers - Conservation-restauration de peintures

Pour en savoir plus sur cet artisan :

 

Médias