Rubans du patrimoine - Remise du prix départemental 2018 à Troyes

19 mars 2019

Nous étions présents le vendredi 8 mars 2019 à la remise du Prix départemental des Rubans du Patrimoine à Troyes.

Un prix a été remis pour la restauration de la Maison des Maraîchers au Maire de la Ville, Monsieur François Baroin, par la Fondation du patrimoine, l'Association des Maires de France, la Fédération Française du bâtiment et la Caisse d'Epargne.

Il s'agit d'une maison typiquement champenoise de 1850, à l’abandon depuis des années, qui se situait sur l’une des parcelles acquises par la Ville afin de former un parc urbain de 15 hectares. Elle a été restaurée en utilisant les matériaux anciens, biosourcés ou locaux. Elle doit son nom à une famille de maraîchers qui l'a acheté, au cœur d’une zone de culture comme Troyes en comptait de nombreuses. Aujourd'hui, la Maison des Maraîchers se trouve au centre d’une zone pédagogique dédiée aux activités de jardinage et ouverte aux associations tournées vers le développement durable ou l’insertion au sein du parc des Moulins. Ecolabellisé et géré de façon durable et différenciée, ce parc, axe fort de l’Agenda 21 troyen, accueille aujourd’hui une multitude d’animation et un public toujours plus nombreux.

Construite à la fin du 19e siècle et inoccupée depuis plusieurs années, a été démontée en octobre 2013 afin d’éviter tout effondrement car elle avait été vandalisée. Maître d’ouvrage et maître d’œuvre de cette opération, la Ville a assuré la direction de l’exécution des travaux et mis à disposition le site et les matériaux. Le parti pris architectural a été de rénover une maison de 1850 avec les techniques traditionnelles régionales tout en répondant aux normes d’un bâtiment recevant du public. Cela nécessitait un savoir-faire particulier. La volonté de la Ville était par ailleurs de privilégier les matériaux naturels et locaux, conformément à son agenda 21 et au mode constructif du bâtiment initial. 6 entreprises, toutes locales et intervenant le plus souvent sur des bâtiments historiques ont ainsi été sélectionnées. La volonté de préserver la tradition de la construction locale n’empêche pas le choix de l’innovation comme en témoigne l’utilisation du béton de chanvre, projeté ou banché, comme isolant.

De plus, ce projet a permis, à plus de 70 personnes éloignées de l’emploi de se former aux métiers du bâtiment grâce à un chantier de formation. Un dispositif auquel notre délégation est particulièrement attachée pour préserver aujourd'hui l'avenir.

Médias