Une chapelle pleine d'audace

16 févr. 2017

Quelle audace de confier la reconstruction de la chapelle du village de Ronchamp (Haute-Saône) à Le Corbusier au lendemain de la seconde guerre mondiale ! Un acte visionnaire qui permis à la Franche-Comté de se doter en 1999 du premier site labellisé Patrimoine du XXe siècle. Mais les techniques innovantes utilisées par l'architecte n'ont pu préserver l'édifice des dommages du temps. Aidons-le aujourd'hui à se restaurer !

À sa construction, la chapelle surprit par sa modernité. 60 ans plus tard, les formes déconcertantes, la franchise des matériaux et la variété des sources de lumière surprennent toujours les visiteurs. Avec ce chef d'œuvre de l'art sacré du XXe siècle, Le Corbusier a su se saisir d'une commande religieuse pour l'interpréter d'une façon tout à fait nouvelle et en faire un espace ouvert à tous.

Si les bâtiments sont solides, leur épiderme est fragile. Ainsi, des désordres ont été constatés sur le mur sud, soumis aux plus fortes contraintes thermiques. Des interventions sont également nécessaires sur les bétons, les maçonneries et les vitrages. Ces travaux ont été estimés à 3 millions d'euros, dont 600 000 restant à la charge de l'association propriétaire des lieux. Aidons-la à préserver ce monument contemporain, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO parmi seize œuvres de Le Corbusier.

Médias