BATEAU THONIER BICHE A LORIENT

Ce projet a bénéficié de la prime Skoaz ouzh skoaz du Conseil régional de Bretagne

Il s'agit de la campagne de mécénat populaire la plus importante de la délégation Bretagne de la Fondation du patrimoine par le montant des dons collectés (241.000€ pour 600 donateurs).

« Biche » thonier à voiles de l’île de Groix :

Biche est le dernier thonier dundée de la côte atlantique ; un bateau de pêche construit à des centaines d’exemplaires jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale. Son image reste associée à l’apogée de la pêche atlantique à la voile, de l’Ile d’Yeu et des Sables d’Olonne, à Groix, Etel, Concarneau et Douarnenez...

Après la terrible tempête de 1930, la structure et les formes des dundées atteignent la perfection. Le plan de voilure bien équilibré, la coque élégante et robuste, parviennent à une splendeur qui frappe d’innombrables navigateurs et artistes. Une multitude de représentations, peintures, cartes postales et maquettes peuplent aujourd’hui les vitrines et les foyers français.
Biche a été construit aux Sables d’Olonne en 1934 par le célèbre chantier d’Aimé Chauffeteau, pour le patron Ange Stéphan de l’Ile de Groix, surnommé « Ange-Biche » .

Navigation :

En 2012, restauré, Biche a rejoint Port Tudy à Groix, où toute la population était présente pour l’accueillir. La chambre arrière et l’ensemble du plan de pont respectent les dispositions authentiques du temps de la pêche à la voile. Les vastes espaces de la cale ont reçu des aménagements confortables, terminés début 2015.

Le programme d’activités comporte aujourd'hui des embarquements à la demi-journée ou à la journée, des croisières, l’accueil de groupes (dont des scolaires) ou d’entreprises pour des sorties ou réceptions à quai. La pêche au thon est le point fort du programme, avec des marées de 5 jours en septembre, au départ de Lorient, Groix, l’île d’Yeu ou les Sables d’Olonne, selon les années. Biche peut embarquer 27 personnes à la journée et 13 personnes au large.

Un projet écologique :

C’est l’un des plus beaux voiliers de travail jamais construit, vecteur majeur d’une économie et témoin essentiel de l’histoire d’une société humaine autour de la pêche d’un poisson universel. Son mode de pêche est précurseur de la notion moderne de « développement durable »…

En effet, ce bateau
- est construit en matériau renouvelable.
- est propulsé par le vent, énergie inépuisable.
- pratique la pêche aux lignes traînantes, sélective et respectueuse de la ressource.
- pêche le thon germon, une espèce préservée des pratiques industrielles.

Biche, voilier de travail exceptionnel, sait aujourd'hui créer l’événement lors de ses escales dans tous les ports de la façade atlantique.

Une image d’excellence :

Ces « vaillants dundées », formidables et magnifiques héritiers d’une culture séculaire, ont cédé la place à de nouveaux outils de travail nés de la révolution industrielle. Biche est un chef-d’oeuvre abouti ; sa construction témoigne du point le plus achevé de l’évolution de techniques qui conservent une totale modernité. En effet, c’est à des constructions navales classiques en bois similaires que des pêcheurs professionnels donnent aujourd’hui encore leur préférence, pour faire construire leurs grands chalutiers.

En s’engageant aux côtés de Biche, nombre d’élus du Pays de Lorient, de l’île d’Yeu, de Groix, membres du Conseil Général et du Conseil Régional, ont validé l’importance du legs qu'il représente pour les générations futures. Avec eux, des entreprises locales et de nombreux particuliers ont soutenu le projet, relayés par la Fondation du Patrimoine.
Pour chacun, Biche représente un pan de culture profondément ancré dans l’histoire de la Région Bretagne et de l’Arc Atlantique Européen. Biche était l’ultime opportunité de rendre aux thoniers dundées leur place emblématique dans le patrimoine maritime.

Médias

Nature des travaux

Restauration :

Le Projet Biche a consisté, dans un premier temps, à restaurer le bateau à l’identique. Cette restauration s'est faite à Lorient avec les soins du Chantier du Guip, l'architecte naval François Vivier et l'aide des bénévoles de l'association. Le Chantier du Guip dispose d’une renommée internationale pour les bateaux en bois de cette dimension, de l’expérience, des moyens techniques et de l’énergie nécessaires à de tels travaux. A leur actif, la construction de la Recouvrance et la restauration de nombre de bateaux précieux dont Sereine des Glénan, la grande barque du Léman, le Neptune, le 12 mètres JI Wings.... Le chantier, ouvert au public, a duré trois ans et a été ponctué de nombreuses animations.

Authenticité scientifique :

La pêche au thon à la voile a définitivement cessé en 1962. Plusieurs témoins de cette époque ont participé aux travaux du Conseil Scientifique et Technique de l’association. Ils ont contribué à la qualité de la reconstruction et de l’armement. Par ailleurs, l’association a utilisé les fonds documentaires disponibles dans les musées, au Chasse-Marée et dans les archives locales. Les calculs et décisions techniques ont été certifiés par l’architecte naval François Vivier, spécialiste de ce type de projets.

Vocation du site

Le projet « Biche » :

Après 21 ans de navigation à la pêche, Biche est acheté en 1956 par le Royal Belgian Sailing Club de Zeebrugge, en Belgique. Il est vendu en 1967 à l'anglais Richard Brooks qui, après avoir passé 4 ans à le remettre en état de naviguer, l'utilise comme voilier de charter. A partir de la fin des années 1970, un second propriétaire anglais, Charles Booth, fait ensuite lui aussi du charter avec Biche.

Devenu l’ultime représentant des thoniers dundées de la côte Atlantique, Biche est acquis en 1991 par le Port-Musée de Douarnenez, alors en train de constituer sa collection. Faute de moyens suffisants pour entreprendre une restauration, le Port-Musée décide en 2003 de déposer Biche dans le cimetière à bateaux de Port-Rhu.

Malgré de considérables difficultés administratives, l'association Les Amis du Biche, créée le 1er juin 2003 pour sauver le navire, sort Biche de la vasière. Elle réussit à le conduire à Brest le 5 mai 2004, sur le terrain du Chantier du Guip, choisi pour la restauration du bateau. Le 1er août 2006, Biche est transporté à bord de l’Alcyon, grâce au concours de la Marine Nationale, jusqu’au terre-plein ultra-moderne du port de pêche de Lorient-Kéroman.
En 2004, une première souscription est lancée par la délégation Bretagne de la Fondation du Patrimoine et l'association Les Amis du Biche.

En huit ans, cette souscription permet de collecter 241000€ grâce à 600 donateurs. A cette somme s'ajoutent 100000€ d’abondement versés par la délégation Bretagne de la Fondation du Patrimoine en récompense de cette mobilisation populaire. Au début de l'été 2009, l’engagement du Conseil général du Morbihan, du Conseil régional de Bretagne et des premiers partenaires privés au travers de la Fondation du patrimoine permettent le commencement du chantier.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine