La chapelle, détruite durant le premier conflit mondial, a été reconstruite en 1930, comme l’atteste la date sculptée sur la clef d’arc du pignon. C’est un petit édifice en maçonnerie de moellons apparents à l’extérieur, jointoyés au mortier de ciment et sable grossier. Ouvrant vers le village par un arc en plein cintre pratiqué dans le pignon et fermé par une grille en ferronnerie, il se termine à l’opposé en abside à trois pans. La toiture épouse cette forme et fait retrait au sommet du pignon, pour un clocheton symbolique. La couverture est actuellement en bardeaux de bitume (« shingles ») posés sur un voligeage, lui-même porté par une simple charpente en bois. Cette couverture a été refaite vers 1990 en remplacement de l’originale en ardoises. Dans un site panoramique remarquable, isolée de l’agglomération mais facilement accessible, la chapelle souffre d’une part de son exposition aux intempéries, et d’autre part d’une fréquentation indésirable, source de vandalisme.

Médias

Nature des travaux

Il faut mettre au compte de l’exposition la dégradation de la couverture et du jointoyage des maçonneries (désorganisation et lacunes dues aux alternances pluie/gel) essentiellement sur les côtés Nord-Ouest et Sud- Ouest (pignon). Des remontées d’humidité se manifestent dans l’enduit intérieur (cimentage) par un cloquage des peintures. Les dégradations volontaires se sont portées sur la destruction des vitraux, des graffitis sur la peinture intérieure et des intrusions dans les combles. Une lacune en imposte de la grille du pignon permet en effet l’intrusion. La commune, qui est en train de se rendre propriétaire de l’édifice et d’une partie du terrain d’assiette, envisage des travaux de restauration. La présente approche est effectuée dans le cadre des objectifs généraux d’aménagement du Haut-Rhin fixés à l’ADAUHR par le Conseil Général.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine