CHAPELLE NOTRE-DAME DU BON SECOURS A FONTAINEBLEAU

Située entre forêt et ville, la Chapelle Notre Dame du Bon Secours témoigne d’un fait miraculeux.
En 1661, sieur Dauberon, capitaine du Grand Condé, venait rejoindre la cour à Fontainebleau. En descendant le chemin de Melun, son cheval s’emballa et son éperon fut pris dans l’étrier. Le cavalier, traîné sur plusieurs dizaines de mètres jusqu’à l’emplacement de la chapelle actuelle, invoqua Notre-Dame. Son cheval s’arrêta net. Sain et sauf, le gentilhomme fit placer une image de sa protectrice sur le tronc d’un grand chêne.
En 1690, la première chapelle Notre-Dame du Bon-Secours dite chapelle de la Bonne Dame est construite sur l’initiative du curé Maurice Faure et un pèlerinage est instauré.
En 1793, la révolution entraîne la destruction du petit oratoire.
En 1821, à l’initiative de la duchesse d’Angoulême, et grâce à la générosité de Louis XVIII et des paroissiens, une nouvelle chapelle est reconstruite par l’architecte Maximilien-Joseph Hurtault. Le plafond est orné d’une toile marouflée relatant l’histoire par le peintre Merry Joseph Blondel (1781-1853).
En 1865, l’édifice est restauré sous Napoléon III, mais conserve l’aspect que nous lui connaissons, ainsi que le plafond refait par le peintre Marcel.

La Chapelle est inscrite en 1926 à l’inventaire des monuments historiques.

Médias

Nature des travaux

Face au constat de la dégradation du bâti et des fresques, la Ville de Fontainebleau la rachète en 2013 à l’Etat et souhaite engager une complète restauration.
Les travaux porteront sur la toiture, la façade et les décors peints.

Vocation du site

Lieu de culte

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine