Edifiée en 1503, la chapelle de Chamole, est reconnue sous le nom de Saint Jacques-le-Majeur auquel les comtes de Bourgogne portaient une dévotion particulière.

Après la démolition du château de Grimont, le service de la paroisse qui se faisait dans la chapelle de ce château fut transféré dans cette chapelle.

C’est une chapelle orientée, ses murs sont très bas et flanqués de contre-forts. Elle ne se compose que d’une nef peu élevée et voûtée. Sur le milieu de sa longueur, apparaît au dessus du toit un mur percé d’une ouverture, dans laquelle était placée la cloche. Deux fenêtres pratiquées après coup dans le mur oriental, éclairent l’édifice, qui dans l’origine ne recevait de jour que par la porte. L’ensemble du monument est du style ogival usité au XIIIe siècle. L’état de cette chapelle est déplorable. Elle est louée à plusieurs particuliers pour servir de bûcher…. On devrait la conserver, comme un précieux spécimen de l’architecture rurale religieuse au XIIIe siècle.

C’est ainsi qu‘Alphonse Rousset décrivait la chapelle de Chamole dans son dictionnaire des communes édité en 1865.

Médias

Nature des travaux

La chapelle de Chamole est un atout de notre Pays d’Art et d’Histoire qu’est le Pays du Revermont, tout près de l’église des Jacobins de Poligny en cours de rénovation. La chapelle St Jacques possède les atouts pour devenir un lieu d’exposition de grande qualité, en réseau avec les activités touristiques du Pays du Revermont. Les travaux de la troisième tranche vont révéler toutes les qualités de cet édifice remarquable.
Les travaux, dont le montant est estimé à 211 494 € HT, devraient s’achever fin 2016. Ils concernent l’intérieur du bâtiment : enduits, dallages, portes, vitraux et la fin des aménagements extérieurs ainsi qu’un éclairage soigné de l’édifice.

Vocation du site

Désaffectée et vendue après la construction de l’église actuelle (1835), au fil des générations sa propriété fut divisée, un mur l’a séparée en deux parties. Elle n’a jamais fait l’objet de rénovation, des travaux d’aménagement pour son utilisation en remise ont contribué à sa dégradation. La stabilité de l’ouvrage a résisté au ruissellement de l’eau à travers la voûte malgré la disparition des contreforts

En 1984, les services de l’Etat reconnaissent la qualité architecturale de cet édifice en l’inscrivant à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.

En 2010, la commune de Chamole saisit l’opportunité de la mise en vente de la partie Ouest pour en acquérir une première moitié. En 2011, elle achète la partie Est. La chapelle retrouve son intégrité.
La stabilité de l’édifice étant menacée par les fortes infiltrations d’eau, les travaux de sauvegarde sont urgents et sont programmés en trois tranches. Les travaux débutent au printemps 2013, actuellement les deux premières tranches sont terminées, pour un coût de 481 645 € HT. Les contreforts ont été reconstitués pour renforcer la stabilité de l’ouvrage, la réfection complète de la toiture est terminée en juin 2015. La chapelle est sauvée.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine