CHAPELLE SAINT-JEAN DU CHÂTEAU DE ROCHEFORT-EN-TERRE

Seule au bord nord-est du plateau seigneurial, la modeste chapelle du château de Rochefort-en-Terre semble se tenir à l’écart, indifférente aux tumultes de l’Histoire et aux bouleversements nobiliaires.
Car, des uns et des autres, il y en a eu à Rochefort-en-Terre !

Éperon rocheux surplombant la vallée du Gueuzon, le site du château de Rochefort-en-Terre, habité dès l’époque gallo-romaine, est repris au XIIe siècle par les seigneurs du lieu qui y bâtisse un robuste château médiéval. Une centaine d’années plus tard, il est en partie détruit sur ordre du roi de France, Charles VII, lors de la guerre de Bretagne.

Deux ans plus tard, Jean IV de Rieux entreprend de le restaurer. Le château est vandalisé une nouvelle fois en 1594 durant les guerres de la Ligue. Il est partiellement reconstruit au début du XVIIe siècle par la famille Larlan. Les folies révolutionnaires décideront finalement de son sort : il est pillé et incendié en 1793 et il n’apparaît plus ensuite sur les cartes qu’à l’état de ruine.

Après quelques changements de propriétaires, le domaine est vendu en 1907 au peintre américain Alfred Klotz qui transforme, dans le goût de l’époque, d’anciens communs en manoir néogothique à partir de matériaux provenant du château de Keralio en Noyal-Muzillac.

Un château, deux châteaux, trois châteaux… et la chapelle dans tout cela ?

A l’écart des autres bâtiments, elle se décompose doucement, repliée sur ses propres fantômes :
- celui d’abord de la chapelle ancestrale, construite à l’aplomb de la tour Nord, 10 m plus loin, comme le révèle le cadastre napoléonien (1840) ;
- ceux du souterrain mystérieux qui rampe sur la chapelle et s’échappe vers les grées ;
- celui enfin, flottant entre les vieilles pierres, de Renée de Rieux-Rochefort qui hérita, à la mort de Guy XVII, des biens de la maison de Laval, la plus riche de France. Elle prit le nom de Guyonne XVIII. Convertie au calvinisme, elle mena cependant une vie de désordres et d’extravagances qui lui valut, de la part des rochefortais, le surnom de Guyonne La Folle. Elle fit venir un ministre du culte protestant, Philippe Burgan, mais il ne put s’installer dans l’abbatiale. Il dut se contenter de la chapelle du château.
On l’a dit plus haut, la chapelle actuelle n’est pas la restauration de la chapelle ancestrale. Elle est l’œuvre de M. Alfred Klotz qui la fit édifier en 1910, non loin de la chapelle ancestrale.

Le mémoire des travaux exécutés par l’entreprise Tabary de Rochefort comprend beaucoup de journées d’ouvriers et peu de matériaux. On peut donc penser que les vestiges de l’ancienne chapelle, notamment la verrière gothique, ont servi à l’édification de la nouvelle (par exemple, sur le mémoire, il est indiqué « une journée à cheval à ramasser la vieille ardoise ». De même « transport de la cloche ».

Qu’importe. Cette chapelle témoigne du goût artistique et de l’amour du patrimoine de M. Alfred Klotz. Même si quelques morceaux proviennent d’ici ou d’ailleurs, l’ensemble est une réussite de goût, d’harmonie et de simplicité.

Médias

Nature des travaux

Hélas, elle est aujourd’hui dans un triste état : à l’intérieur, tout est à l’abandon. Les murs se fissurent, la toiture est défoncée, la charpente malade, les portes ouvertes aux quatre vents. Il faut la sauver et lui redonner sa beauté simple d’autrefois.

Merci par avance de votre coup de cœur pour cette chapelle intime. Merci de votre générosité. Merci à la Fondation du patrimoine qui recueille les dons et gère la souscription. Et que la sérénité du lieu vous imprègne, loin des tumultes d’hier et d’aujourd’hui.

Partenaires

  • Direction régionale des Affaires Culturelles de Bretagne




  • Conseil régional de Bretagne




  • Conseil départemental du Morbihan




faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

vos contreparties

  • Formule 1 : de 1 à 149€
    ou plus

    Reçu fiscal + invitation à l'inauguration des travaux

  • Formule 2 : de 150 à 299€
    ou plus

    Reçu fiscal + Formule 1 + visite guidée du chantier et de la cité

  • Formule 3 : au delà de 300€
    ou plus

    Reçu fiscal + Formule 2 + inscription des grands donateurs sur une plaque

vous aimerez aussi

devenez acteur
de la fondation du patrimoine