Deuxième édifice roman de Haute-Garonne, la collégiale Saint Pierre de Saint-Gaudens a été bâtie entre le XIe et le XIIe siècle et son cloître au XIIe siècle.

A la fin du XIXe, ce dernier a été démantelé comme bien national. Ce chapiteau roman en marbre, de la fin du XIIe siècle, est longtemps demeuré à Saint-Gaudens (Haute-Garonne) dans le mur d'une propriété où il était utilisé - avec deux autres chapiteaux - comme matériau de remplissage. Après sa découverte, il a été extrait du mur avant d'entrer dans une collection particulière où il a été conservé jusqu'en 2015. Suite au décès de sa propriétaire, en juillet de cette même année, il est vendu aux enchères à Toulouse par Maître Catherine Chausson, commissaire-priseur. La vente faite, l'acquéreur demande un certificat de bien culturel en vue de son exportation. Pour éviter que, comme nombre de ses « frères », il ne parte à l'étranger, la Ville de Saint-Gaudens se porte acquéreur et bloque, avec le soutien du Musée du Louvre et de la D.R.A.C. Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon, son départ.
Pierre-Yves Le Pogam, chef du Département des sculptures au Musée du Louvre insiste sur « la très haute qualité de la pièce présentant toutes les caractéristiques des autres chapiteaux de ce cloître ».

Marcel Durliat et Gérard Rivère ont étudié et publié l'ensemble des chapiteaux et bas-reliefs connus provenant du cloître de la collégiale de Saint-Gaudens. Ce chapiteau aux lions est de la même facture que tous ceux de ce cloître par son épannelage, ses dimensions, ses motifs d'entrelacs, de feuillages rappelant la feuille d'acanthe et de fruits grenus. Il reposait sur des colonnes jumelées comme dans les claires-voies du cloître de l'église de la Daurade de Toulouse.

Le cloître de la collégiale, monument illustrant la pénétration dans la zone pyrénéenne du style roman toulousain dans la phase ultime de son évolution, apporte des renseignements précis sur cet art apparaissant à Saint-Gaudens et Saint-Aventin vers 1170-1180 et qui s'est enraciné dans cette région des Pyrénées centrales avant de s'y développer, durant toute la fin du XIIe siècle et le début du XIIIe siècle.

Le chapiteau, au décor principalement ornemental, est sculpté d’entrelacs habités. Un réseau de lianes perlées se détache nettement sur le fond creusé de la corbeille. Dans ces intervalles creux, sur une des grandes faces, des fruits enveloppés par des feuillages en cornet apparaissent ainsi que des oiseaux et un singe joueur de luth.
Sur la face opposée, un fleuron à quatre pétales et au centre, quatre lions aux silhouettes cambrées qui suivent la forme des entrelacs et de la corbeille. Les deux lions centraux se rejoignent en une tête unique. Il s'agit d'une évocation du mal et de ses tentations renforcée par la présence de ces lions qui guettent le pécheur.

Emmanuel Garland, historien spécialiste de l'art roman, a noté que des fouilles à Saint-Pierre-des-Cuisines et dans le cloître de Saint-Sernin, tous deux à Toulouse, ont révélé des œuvres similaires dans leur façon de traiter l'ensemble et, plus probant encore, d'agrémenter les rinceaux de motifs animaliers miniatures. Mais il reconnaît au sculpteur de Saint-Gaudens une fantaisie et une liberté plus grande encore.

Médias

Nature des travaux

Acquérir ce chapiteau revêt une triple finalité :
- permettre à Saint-Gaudens de se réapproprier un élément patrimonial identitaire.
- poursuivre la collecte d'éléments (chapiteaux, bas-reliefs) issus des monuments démantelés après la Révolution est une démarche initiée dès les années 1980 avec la restitution du cloître en 1986.
- inscrire cet objet patrimonial dans les collections du musée en cours de réhabilitation.

Après sa restauration, cet objet remarquable va s'insérer dans le nouveau parcours muséographique et permettra de préparer à la visite du patrimoine roman de la ville : collégiale saint Pierre, cloître et salle capitulaire ; avant la découverte des sites romans proches : Saint-Bertrand-de-Comminges, Saint-Aventin et les chapelles romanes des proches vallées pyrénéennes.

Grâce à cette souscription, vous pouvez soutenir cette opération de conservation et de mise en valeur de ce précieux patrimoine et recevoir en retour un reçu fiscal en rapport avec votre don.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

vous aimerez aussi

devenez acteur
de la fondation du patrimoine

  • CHAPITEAU AUX LIONS DE SAINT-GAUDENS

    Fondation du patrimoine

  • CHAPITEAU AUX LIONS DE SAINT-GAUDENS

    Fondation du patrimoine

  • CHAPITEAU AUX LIONS DE SAINT-GAUDENS

    Fondation du patrimoine

  • CHAPITEAU AUX LIONS DE SAINT-GAUDENS

    Fondation du patrimoine

  • CHAPITEAU AUX LIONS DE SAINT-GAUDENS

    Fondation du patrimoine

  • CHAPITEAU AUX LIONS DE SAINT-GAUDENS

    Fondation du patrimoine

  • CHAPITEAU AUX LIONS DE SAINT-GAUDENS

    Fondation du patrimoine

  • CHAPITEAU AUX LIONS DE SAINT-GAUDENS

    Fondation du patrimoine

  • CHAPITEAU AUX LIONS DE SAINT-GAUDENS

    Fondation du patrimoine

  • CHAPITEAU AUX LIONS DE SAINT-GAUDENS

    Fondation du patrimoine

  • CHAPITEAU AUX LIONS DE SAINT-GAUDENS

    Fondation du patrimoine

  • CHAPITEAU AUX LIONS DE SAINT-GAUDENS

    Fondation du patrimoine