• Château

Saint-Hippolyte, en catalan « Sant Hipòlit », est une commune située dans le département des Pyrénées-Orientales. Ses habitants sont appelés les Hippolytains.

Le territoire de Saint-Hippolyte s’étend entre mer et montagne, au bord de l’Etang de Salses-Leucate. Fréquemment inondé jusqu’au 20ème siècle, les Hippolytains réussiront à travers les siècles à dompter les éléments pour en tirer profit. Les ressources principales, dès les origines, seront les salines, l’élevage de moutons au pré salé, la pêche sur l’étang. D’autres cultures viendront s’ajouter telles que, la vigne, les cultures céréalières, et surtout l’olivier.

La « Via Domitia », axe majeur de communication construite sous l’empereur Constantin (272-337), participe à son développement économique et social. La première mention scripturaire de Saint-Hippolyte date du 23 juin 963. La ville se développe entre le 11ème et le 13ème siècle autour de l’église et du château. Une « cellera », ensemble de celliers construits par les paysans afin de stocker et protéger leurs récoltes, se constitue.
A partir du milieu du 13ème siècle, on assiste à la construction de maisons sur des terrains libres en périphérie de l’enceinte.

Le château de Saint-Hippolyte est construit probablement au milieu du 10ème siècle. Entre les deux tours qui existent encore, se trouve le « Portalet », grand portail constituant l’ancienne entrée du village. Le Château est un fief royal au 12ème siècle, appartenant à des seigneurs locaux sous allégeance des rois d’Aragon. Il est vendu aux Templiers du Mas Déu en 1286. Le château demeure en leur possession jusqu’en 1439, date à laquelle les clés de la ville seront remises aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.

En 1691, l’administration royale décide de creuser un canal « Le canal du Midi ». Ce projet, pensé par l’ingénieur Pierre Paul Riquet, consiste à relier depuis Port-Vendres, les étangs entre eux jusqu’au Languedoc. Après deux ans de creusement à Saint-Hippolyte, le projet est abandonné. Mais, ce tronçon de canal qui court jusqu’à l’étang, va permettre d’assainir les terres en proie aux marécages et au développement des maladies depuis toujours. En effet, avec le canal et les agouilles Capdal, Ventouse, du Trial et leurs réseaux, les eaux de sources et de pluies peuvent désormais être drainées vers l’étang. Durant tout le 19ème siècle, le village s’organise contre l’insalubrité. Cependant en 1854, la population est décimée par une épidémie de choléra. La fin du 19ème siècle voit l’arrivée du chemin de fer en 1855, de la poste en 1889, ainsi que d’un petit train « le Mataburros », reliant la commune au Barcarès en 1910. Cette évolution réduira la distance avec la ville de Perpignan.

Médias

Nature des travaux

Les travaux concernent la réfection de la couverture, le traitement des fissures, la reprise des plâtreries et des décors, le rejointoiement du pignon Est.
Le coût total estimé des travaux est de 28 050 euros H.T.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine