COLLEGIALE SAINT-LEGER A MARSAL

Naguère haut lieu d’exploitation du sel, Marsal fut une importante place forte et ville de garnison jusqu’en 1870. Elle conserve une architecture religieuse majestueusement représentée par la Collégiale Saint-Léger. La construction initiale de ce remarquable édifice se situe vers l’époque mérovingienne mais elle connut son épanouissement à partir du XIIème siècle, en pleine époque romane, caractérisée par son puissant massif occidental de tradition messine à deux tours séparées par une tribune dans-œuvre. En 1222, l’abbesse de Neu Munster sur Blies élève l’église au rang de collégiale (elle le sera jusqu’en 1772), l’espace basical intérieur est alors modifié par la construction de nouvelles arcades. Au XIVème siècle, le chœur roman est transformé et agrandi dans le style gothique et de grandes fenêtres sont percées dans le mur du bas-côté nord. En 1508 est fondue la cloche de Saint Léger, par un artisan germanique établi à Vic-sur-Seille. Pesant environ une tonne et demie, cette cloche sonne encore aujourd’hui en haut du clocher qu’elle n’a jamais quitté depuis cette date. Les deux tours sont actuellement moins hautes qu’elles ne l’étaient à l’origine : la tour Sud s’effondra probablement à la fin du XVIIème ou au début du XVIIIème siècle et fut reconstruite avec une hauteur moindre, la tour Nord perdit probablement son étage supérieur lors de la reconstruction de sa flèche en charpente couverte d’ardoises au XVIIIème siècle.

A l’intérieur, le plan basilical à trois nefs plafonnées d’origine est bien reconnaissable, interrompu par un grand arc triomphal. Les piliers dont la base est cubique jusqu’à hauteur des bancs ont été taillés en colonnes à volutes, peut-être sous l’influence des architectes militaires qui ont travaillé à la place. L’église fut modifiée de façon conséquente lors de la restauration de la fin du XIXème siècle sous l’administration allemande et principalement avec les travaux de l’architecte impérial Paul TORNOW. Le mobilier qui subsiste dans l’église malgré toutes ces transformations demeure très intéressant. Dans la nef de gauche, près de l’entrée, deux gisants renaissance en gypse et marbre, représentent peut-être un comte de Salm et son épouse avec deux poupons et un lionceau. A l’entrée du chœur se trouve le monument de Fouquet de la Routte, gouverneur de MARSAL qui fut tué dans un engagement contre les Huguenots au XVIème siècle. Plusieurs ouvrages du XVIIIème siècle sont également visibles : stalles (provenant de l’abbaye de Salival), buffet d’orgue (privé de sa partie instrumentale…), clôture des fonts baptismaux, Christ en croix et chaire à prêcher. Les autels et la statue de la Vierge à l’enfant, en pierre de Jaumont, ont été dessinés vers 1895 par l’architecte impérial.

Médias

Nature des travaux

La commune de MARSAL, propriétaire de l’édifice, va engager un programme de restauration du massif occidental qui se décompose en trois tranches de travaux : la restauration des deux tours et du corps central, intérieurs et extérieurs, y compris la restauration de la cloche de 1508.

Vocation du site

Lieu de culte catholique.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

vous aimerez aussi

devenez acteur
de la fondation du patrimoine

  • COLLEGIALE SAINT-LEGER A MARSAL

    mairie de Marsal

  • COLLEGIALE SAINT-LEGER A MARSAL

    mairie de Marsal

  • COLLEGIALE SAINT-LEGER A MARSAL

    mairie de Marsal

  • COLLEGIALE SAINT-LEGER A MARSAL

    mairie de Marsal

  • COLLEGIALE SAINT-LEGER A MARSAL

    mairie de Marsal