Vers 1888, à la rentrée des classes, la maison de Saint Gervais située rue du Faubourg Saintt Gervais qui servait d’école communale, ne peut plus contenir les nombreuses élèves qui demandent à être reçues. Les religieuses achètent alors en 1889, au centre de la ville, un immeuble destiné à abriter un externat primaire.
Les premières réparations faites, le 15 avril 1890 les classes s’ouvrent. Cette école fonctionne jusqu’en 1902. Elle compte une centaine d’externes. Fermée définitivement au moment de la "laïcisation ", elle cède la place à une imprimerie.
de l'asile sainte Marie...
Voulant maintenir une école pour petits enfants, le clergé paroissial fait appel aux diverses communautés de la ville.
Une seule répond, la plus modeste : Les sœurs unies de la Sainte Famille. Mère Filomène, est chargée de l'organisation, et trois sœurs envoyées chez les religieuses de Sainte Émilie de Rodât à Villefranche de Rouergue pour faire un stage de préparation à ce nouvel apostolat. Le 5 janvier 1892, l'école maternelle s'ouvre.
L'an d'après, les locaux insuffisants, doivent s’agrandir.
Une aile entière est ajoutée au corps du bâtiment .
Désormais, la ville a « une école chrétienne » pour les « petits », ce qu’on appelait alors « un asile paroissial», ce fut d’ailleurs unique jusqu’en 1924. Les familles font tout de suite confiance aux sœurs et le nombre d’enfants monte jusqu’à 200.
La loi Combes arrête ce bel essor. L’école, qui a pris le nom de Sainte Marie est fermée. Les maîtresses chassées, traînées même devant les tribunaux et condamnées. Elles se sécularisent, et, le 16 janvier 1903 rouvrent l'école dans le local qui est devenu la propriété de M Souchon. Il loue l’immeuble à Mlle Soulier, personne pieuse et dévouée à toute bonne cause. C’est elle qui, légalement, exploite l'école Sainte Marie et en répond devant l'autorité civile, académique et judiciaire. Les ennuis ne lui manquent pas. Elle est même condamnée par le tribunal correctionnel et par la cour d’appel de Nîmes. Heureusement l'amnistie présidentielle du 14 juillet 1905 met fin à cette situation. Les classes continuent, mais Sainte Marie ne compte plus que l'école maternelle.
... à l’école saint Joseph.

Quelques années de silence pour les classes primaires et, en 1924, l'école renaît à l’initiative de la Supérieure Générale : Mlle Pages (Mère Marie de Jésus) (1922 -1934).
Elle fait d’abord revivre l’école primaire; le 25 septembre 1924 s ouvrent au n° 1 rue Chaptal, sous le patronage de Saint Joseph, 3 classes primaires. L’année suivante est annexée l’école maternelle Sainte Marie, sous la direction de Mlle Bonnal Juliette (Mère Saint Henri).
La possibilité d’un pensionnat est assurée par la création, à Saint Gervais d'une « maison de famille ».
Les élèves arrivent : 18 le jour de la rentrée, 57 à la fin de l’année (dont 23 pensionnaires). Le nombre d' élèves augmente toujours et en 1925 ouverture d un cours complémentaire.

En 1928, s’ajoute une section commerciale et une section d’enseignement ménager. Le cours ménager ferme en 1960.
En 1942, ouverture d'un cours secondaire. Ainsi est complet le cycle des études et l'éventail proposé peut satisfaire tous les besoins.
Les années 1940-45 marquent l’école Saint Joseph.
1944 : réquisition du local dont une aile entière est occupée par les allemands (quelques classes doivent aller à Saint Gervais), réquisition par la résistance de la plus belle machine à écrire. j
1952 : Mgr Pirolley, fusionne les deux cours secondaires de la ville et crée un cours secondaire diocésain. Le cours secondaire Saint Joseph est supprimé. Quelques élèves quittent l’école Saint Joseph. En 1958, l’école compte 325 élèves (dont 90 pensionnaires). Ce nombre est maintenu et augmente même grâce aux bourses obtenues en 1963 pour le cours complémentaire.
1968-1969 : fermeture du cours complémentaire, L’école Saint Joseph compte l’école maternelle et les classes primaires.
Octobre 1969 : L’école compte 3 classes maternelles et 3 classes primaires sous contrat simple.
1980 : L'école a 8 classes et passe sous contrat d’association avec l'état.
1968-1969 : le chauffage central est installé.
1969 à 1991 :des transformations sont faites dans les locaux pour les adapter à recevoir des classes primaires.
Dès 1969, fermeture du préau, qui devient salle de jeux. Cloisons enlevées dans plusieurs classes pour permettre de faire des classes plus confortables. Les planchers sont recouverts de linos. L’installation électrique est refaite en partie parce que non adaptée Les salles sont repeintes.
En 1970 : recrépissage des murs extérieurs.
En 1973 : aménagement de la salle de repos pour les petits.
En 1982 : réfection de la triture grâce à une subvention accordée par le Conseil Général
En 1991 : fusion des écoles primaires de Jeanne d'Arc et Saint Privat . L'école Saint Joseph, étant donné sa situation, doit garder son caractère d'école du centre ville avec toutes les classes mixtes jusqu’à l’entrée en 6ème. Aujourd'hui l'école Saint Joseph compte 160 élèves repartis entre les classes maternelles, CP, CE et CM.

Cette souscription doit permettre aux amis de l'école Saint Joseph de participer au financement de ces travaux et de témoigner de leur attachement à ce patrimoine.

Médias

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine