EGLISE ABBATIALE A ETIVAL CLAIREFONTAINE

L’église abbatiale d’Etival, au cœur de la cité, est le point de départ des circuits touristiques, de la route des 3 Abbayes.

Construite au milieu du VIIe siècle, à l’initiative de Bodon Leudin, futur évêque de Toul, Etival fait partie de la « croix monastique des Vosges » (Senones, Moyenmoutier, Etival, Bonmoutier et Saint-Dié).

Le monastère de femmes, situé à 500 pas au couchant, aurait accueillit Sainte Odile avant qu’elle ne soit baptisée par Saint Hydulphe, abbé de Moyenmoutier, assisté par son frère Errard. Deux siècles plus tard, c’est l’impératrice Richarde, épouse de Charles le Gros, qui redonne une nouvelle vie au monastère d’hommes en y installant des chanoines et en les plaçant sous l’autorité des abbesses d’Andlau. Cette relation entre Etival, Andlau et le mont Sainte Odile perdurera jusqu’à la Révolution Française.

Etival, considérée comme la plus belle église romane des Vosges, fut classée à ce titre en 1840 sur la première liste des monuments historiques.

L’église que l’on admire aujourd’hui a été construite par les chanoines prémontrés en 1147. Conçue sur le modèle des églises cisterciennes, elle s’organise en carrés de toutes tailles. La croisée du transept témoin de ce passé en est le point de départ. Son évolution architecturale n’a jamais été figée comme le prouvent les voûtes en croisée d’ogive de la nef, la chapelle sainte Richarde et l’abside avec sa voûte en lierne et tierceron toutes deux construites en 1516 et ses ouvertures gothiques flamboyantes.

Les malheurs du XVIIe siècle (guerre de 30 ans) ont provoqué une reconstruction des bâtiments monastiques et ont poussé  les chanoines à édifier, au XVIIIe siècle, une façade classique plus majestueuse pour cette église, avec un projet d’encadrement par deux tours (une seule fut construite à gauche de la façade).

L’autorité ecclésiastique avait à cœur d’embellir l’intérieur de l’église par des tableaux de qualité, des orgues à la hauteur de l’acoustique du bâtiment, des peintures murales surprenantes, des stalles finement sculptées... et fait construire en 1714 une sacristie dite la plus belle des Vosges.

Médias

Nature des travaux

Malgré un entretien régulier, l'édifice connait aujourd'hui des dégradations nécessitant d'importants travaux de réparation.

L'actuel projet comporte, dans un premier temps, la rénovation de la toiture de la sacristie pour un coût total de 50 000 € HT.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

vous aimerez aussi

devenez acteur
de la fondation du patrimoine