L’église d’Andilly _Canton de Terre Natale_ est située dans l’arrondissement de Langres et relevait autrefois du doyenné du Moge ; elle était succursale de Celles-en-Bassigny. L’église est placée sous le vocable de la Nativité de Notre-Dame (Cf. L’Abbé ROUSSEL « Le diocèse de Langres, Histoire et statistique, tome 2, p. 466). Cette église romane érigée certainement au 12ème siècle, en a conservé le chœur à chevet plat d’origine, contrebuté par des contreforts à tous les angles extérieurs (percée d’une baie d’époque postérieure ?), et les voûtes du chœur malgré les désordres de maçonnerie déjà corrigés au XIXème siècle ainsi qu’une chapelle latérale, ou si l’on préfère la partie gauche d’un faux transept, sur une disposition qui rappelle celle de l’église de Choiseul (dédiée à l’Assomption de Notre-Dame).  L’ensemble de la nef (vaisseau unique) a été reconstruite au 19 -ème siècle. Depuis non voûtée, elle est constituée d’un plafond surbaissé sur le niveau donné par une panne hissée sur deux piliers massifs, dessinés et disposés à l’entrée sans grâce. Ce plafond s’élève un peu au-dessus des fenêtres en plein cintre de la nef et lui confère cet effet d’écrasement accentué par la linéarité du chemin de croix. Les maçonneries sont en moellons de grès bigarré du trias extrait des anciennes carrières locales, celles qui ont permis à l’époque antique de construire la villa gallo-romaine bien connue et les maisons du village. La façade recrée dans une grammaire néo-classique fait songer à ce que l’on dessinait à la fin du 19 ème siècle, mais est certainement contemporaine de la réfection de la nef et de la tour clocher, que l’on doit situer par déduction du vieillissement des couvertures, plutôt au début du 19-ème siècle. Les ouvertures, comme la façade et la tour du clocher qui la domine, sont en parements du même grès que les moellons. Les toitures refaites en 1898 avaient alors fait l’objet d’une réfection globale sur lattis neuf de la couverture en tuiles plates-écailles fabriquées à Passavant (70). Mais, s’agissant de la couverture du clocher, on a alors remplacé les bardeaux sur volige par de l’ardoise d’Angers fixée par des crochets en cuivre. Ces opérations menées sous le maire VAUTRIN ont eu pour acteurs principaux, l’architecte, Jules JANNIARD de Langres et comme entrepreneur M. ARGENTON, selon les termes de l’adjudication du 6/12/1897 (Cf. A.D. 52/série 2 O_ 73_Andilly [1809-1899]).

Médias

Nature des travaux

Travaux de couverture

Vocation du site

Cultuelle et culturelle

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

vos contreparties

  • Particuliers à partir de 5€
    ou plus

    - Photo du projet

  • Particuliers à partir de 10€
    ou plus

    - Stylos

  • Entreprises à partir de 50€
    ou plus

    - Visite privée

     

  • Entreprise à partir de 100€
    ou plus

    - Logo de l'entreprise sur le chantier

vous aimerez aussi

devenez acteur
de la fondation du patrimoine