L’église Saint-Nicolas de Colembert est un bâtiment de style roman, d’une longueur de 25 m sur 8 m de large ; elle est livrée au culte le 31 Octobre 1786, sous l’égide de Sainte-Aldegonde (patronne du château), puis de Saint-Nicolas depuis 1801.

La façade, en pierre de Marquise, est inscrite à l’ISMH. L’architecte Giraux Sannier lui a imprimé un style commun à de nombreux bâtiments qu’il a érigés dans la région. L’édifice n’est antérieur à la révolution française que de quelques années.

L’ancienne église avait son emplacement dans le domaine de la Marquise de Grancey, sur les terrains pâturages attenant au cimetière actuel, entre la route de Colembert à le Wast et l’avenue du château. Devenue insuffisante en termes de grandeur et dans un état de dégradation qui ne permettait pas de réaliser des travaux de restauration pérennes. C’est ainsi que la nouvelle construction est confiée à Giraux Sannier, de Boulogne sur Mer.

La question de l’emplacement, à l’époque étroit et borné, fut résolue par Monsieur de Sainte Aldegonde. Propriétaire d’un terrain situé entre le presbytère et la vieille église, contenant une surface de 900 toises carrées, le seigneur en consentait l’échange contre l’ancien.

La construction fut menée pendant 5 années. En 1786, l’Eglise s’élevait sur un emplacement approprié. D’une longueur de 25m sur 8m, avec de hautes et larges baies, en plein cintre ainsi qu’une rosace creusée, plus tard, au-dessus du maître autel. Le choeur, légèrement cruciforme, s’élargit entre les deux premiers piliers, en un renforcement voûté à anse de panier.

L’autel, sous lequel se trouve la chapelle souterraine destinée à la sépulture des nobles descendants des barons de Colembert, laisse derrière lui un espace qui avait, jadis, l’usage de sacristie. La nef, est soutenue par des murs de 9m de hauteur, à l’intérieur, 12 arcs botants et une gresserie de pierre les étayent.

La voûte en voussure rabattue en pente plâtrée, le portail avec ses accompagnements, tables de relief, corniches, consoles, entablement est en pierre de Marquise. Le pavé du choeur et de la nef, moitié en marbre de Marquise, moitié en stincaille, est composé de carrés posés en losanges alternés, récupérés de l’ancienne église. Une double tribune, soutenue par des colonnes en chêne posées sur socle en pierre, appuie le clocher. Le clocher avait été placé au devant de la nef ; le cas était fréquent sous l’ancien régime. Dans le clocher, on aménagea un double beffroi, l’un pour la cloche existante, l’autre pour sa soeur cadette.

A quelques embellissements près, l’église est telle que l’avait réalisée Giraux Sannier. Un calvaire et la sacristie sont les seules modifications postérieures à l’édifice. La sacristie fut l’oeuvre de Monsieur Baude, curé de la paroisse : « J’ai imaginé, écrit-il, un plan de sacristie qui, au vu de sa position un peu aérienne (la procession passe en-dessous) excite un peu la surprise de tous ceux qui la voient.

Résumé de l’historique rédigé par l’Abbé Boyenval, curé de Colembert & Nabringhen 1953-1958

Médias

Nature des travaux

L’église Saint-Nicolas se trouve dans un état correct de conservation, les interventions seront essentiellement liées aux nécessités de restaurer les ouvrages existants dont l’âge et la vétusté commencent à poser problème, tout en respectant l’architecture de l’édifice.

Soucieux de préserver notre patrimoine et de transmettre cet héritage aux générations futures, trois phases de travaux sont programmées :

  • la maçonnerie
  • la charpente
  • la toiture

La présente souscription porte sur la phase 1: La restauration du clocher.

Aussi la commune de Colembert a décidé de faire appel à la Fondation du patrimoine pour les aider à mener à bien ce projet.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine