Présentation du patrimoine
Le village, installé sur un piton rocheux à l’entrée du Conflent, se situe dans les Pyrénées Orientales, à 35 km de Perpignan et à 50 km de Font Romeu. Marquixanes compte aujourd’hui 550 habitants
L'Eglise Sainte Eulalie et Sainte Julie du XVIIème siécle dédiée aux saintes patronnes du diocèse d’Elne, Sainte Eulalie et Sainte Julie martyres espagnoles de Mérida au IVe siècle après JC, l’église de Marquixanes appartenait au diocèse et le village à l’abbaye de Saint Martin du Canigou jusqu’en 1783.Elle fut reconstruite au XVIIe siècle à l’emplacement d’une église romane primitive. C’est une œuvre typique de la Contre-réforme en pays catalan et un véritable musée du siècle d’or catalan avec ses neuf retables classés aux Monuments Historiques. Ce patrimoine survécut à la Révolution Française et ces trésors baroques restent les seuls après les destructions de la quasi totalité des retables pendant la guerre civile d’Espagne en Catalogne ibérique).

Le retable de Saint Antoine de Padoue classé aux MH en 1981

- 1er quart 18e siècle , Sunyer Joseph sculpteur

- bois : sculpté, doré, peint, polychrome, hauteur = 5,40 m ; largeur = 3,70 m

DESCRIPTION

Retable de forme concave à 4 colonnes au niveau central qui délimitent 3 travées. Les 2 gradins sont encadrés de piédestaux à ressauts en avancée. Au niveau de la prédelle trois scènes représentant des miracles de saint Antoine sont sculptées en haut relief et peintes : Miracle des Poissons, Miracle du mulet, Miracle du pied coupé.
Les bases des colonnes sont ornées de tête d'angelots. Le panneau central sculpté en relief représente une vision du saint en voyage en France. Les statues des niches latérales du second niveau sont habillées de toile marouflée.

 

Les églises du Roussillon abritent des trésors : près de quatre cents retables de l’époque baroque (XVIIe et XVIIIe siècles). De la plus vaste à la plus petite, chacune de ces églises, sobre à l’extérieur, offre au regard, une fois qu’on y pénètre, un éblouissement d’or et de polychromie, intensément porté par l’inspiration religieuse. Il y a là un patrimoine exceptionnel, trop souvent ignoré du public.
Ces artistes (Joseph Sunyer, lazare Tremullas, Louis Generès) sculpteurs du baroque proviennent pour l’essentiel de la Catalogne sud, de Manrèsa, ville à 60 km à l’ouest de Barcelone. Ils ont appris le métier de leur père et arrivent en Roussillon pour embellir les chapelles latérales de ces églises nouvellement construites.

En langage presque geek du XXIème : « un retable c’est un tuto en 3d pour s’ouvrir aux autres et au monde ». Même les GAFA n’y sont pas encore parvenus.


Histoire

La première mention de Marquixanes remonte à 1007, date de la fondation de l’abbaye bénédictine de Saint Martin du Canigou sous l’influence de Guifre II, comte de Cerdagne et de Conflent. Elle provoqua une affluence de dons, en particulier la donation par Miron et sa femme à l’abbaye de Canigo de deux pièces de terre et d’une vigne sises au lieu dit Cagols et Coma sur le territoire de Marqueixanes. Mais la voie romaine via conflentana longeait déjà depuis longtemps ce piton rocheux où le village est logé aujourd’hui.
Un élément remarquable de son patrimoine est la cellera en catalan: La cellera est le nom collectif utilisé dès le XIème siècle pour désigner le petit quartier qui entoure l’église paroissiale dans les villages roussillonnais. Ce petit quartier est constitué du groupement des celliers, les dépôts des récoltes des paysans. Ces celliers ont été bâtis par les paysans sur le cimetière qui entoure l’église, afin de profiter de la protection sacrée dont il jouit. C’est ce caractère sacré qui a donné à ce regroupement des celliers le nom de sacraria, ou sagrera en catalan.
Les fortifications :
Pour protéger davantage cette cellera une première enceinte a été construite au XIIème siècle, d’importants éléments sont conservés. Sa construction très caractéristique en galets de rivière disposés en arêtes de poisson est remarquable.

La deuxième enceinte a souvent été remaniée. Lors des guerres, le seigneur vainqueur faisait abattre les murs de la ville en signe de soumission. Il fallait ensuite une autorisation pour les reconstruire. Un élément de muraille est visible en partie basse de la rue des remparts. Les vestiges des portes Ouest (rue du porche) et Est (carrer del figueral) sont accessibles.

Au-delà de ce noyau ancestral, la croissance caractéristique du village a toujours été un facteur d’étonnement sur Marquixanes, les nombreux tronçons curvilignes et concentriques que forment les façades, suggèrent une croissance synchrone avec ce souci de se protéger par des fortifications. C’est maintenant un « double » rang de fortifications, celui érigé à l’occasion du traité de Corbeil en 1258, le plus éloigné de l’église, construit, démoli et reconstruit à peu de distance mais un siècle plus tard qui est mieux expliqué aujourd’hui.

Environnement remarquable dans un rayon inférieur à 10 km au pied du massif du Canigou (labellisé Grand Site de France en 2012)

La communauté de communes CONFLENT CANIGOU entoure Marquixanes de sites remarquables :
- Villefranche de Conflent : Site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, les remparts du réseau Vauban protègent la cité de Villefranche de Conflent depuis le XVIIème siècle.
- Prades la ville du célèbre Festival Pablo Casals : Capitale du Conflent, localisée au pied du massif du Canigou, recèle un merveilleux patrimoine artistique. Incontournable, son église Saint-Pierre, datée des XIIe et XVIIe siècles, mérite absolument la visite. Son chœur abrite en effet un splendide retable baroque dédié à saint Pierre. Classée Monument Historique, cette œuvre remarquable du sculpteur catalan Joseph Sunyer (également sculpteur du retable saint Antoine de padoue de Marquixanes) est le plus grand retable baroque de France.
- Au pied du Canigou également deux abbayes bénédictines, Saint Martin du Canigou dont dépendait Marquixanes et Saint-Michel de Cuxa qui dresse son clocher, son église et son cloître roman sur la commune de Codalet. L’abbaye bénédictine, une merveille d’architecture et de sculpture romane est présente depuis 840 – 956.
- les prieurés de Marcevol et de Serrabone
- deux « plus beaux villages de France » Eus et Evol…..Marquixanes est très beau aussi !

Médias

Nature des travaux

L’état de péril a été reconnu par la DRAC et le Conservateur du Patrimoine du Conseil Départemental depuis longtemps, pour autant le retable demeure en l’état depuis une vingtaine d’années et il devient indispensable de le restaurer sous peine de voir disparaître ce chef d’œuvre. Sa restauration est donc à envisager mais sa réimplantation dans la chapelle nécessite aussi un traitement préalable de l’humidité, cause des désordres.
L’association « La Cellere de Marquixanes » décide de ne plus rester les bras croisés devant cette situation absurde et saugrenue et entreprend une large mobilisation.
Ils n’agissent pas seul mais avec des partenaires : DRAC, diocèse, Mairie de Marquixanes, Conseil Départemental, L’Indépendant journal local, Radio France Bleue, Fondation du Patrimoine.
Les couts estimés sont de 74 186 € ( 27686 € estimés par un architecte pour restaurer la chapelle et la mise hors d’eaux de la face Nord de l’église ; 46500 € pour le retable, restauration des bois et polychromes puis remontage estimés sous le contrôle du Centre de restauration et de conservation des œuvres du Département 66)

Actions déjà réalisées

A la suite de chutes d'éléments faîtiers très affaiblis, le retable a été démonté et transporté vers Aix pour un traitement de conservation d'urgence dans les années 1990. Malgré quelques petits travaux de protection et beaucoup de difficultés à réunir les sommes nécessaires toutes les pièces ont voyagé depuis cette date entre différents entreposages sans aucune restauration.
L'église de Marquixanes ne présentait plus les garanties d’un bon entreposage sous un vitrail en très mauvais état ; il a été réalisé à cette occasion un premier chantier de restauration du vitrail du XIXèmè en nov 17 par un maitre verrier Gérard Milon d’Eus (chantier réalisé avec appel au mécénat via FDP). Une fois ce premier chantier réalisé, la DRAC en charge de cet objet classé aux MH décide de transporter ce retable dans son église d’origine en lieu sûr en déc 17.

CHRONOLOGIE DES TRAVAUX

Dès avoir obtenu la certitude de pouvoir financer cet ensemble vers début 2021 (espéré) la commune et l'association sont en mesure de lancer conjointement les deux chantiers après les appels d’offre évidemment : la restauration de la chapelle puis la restauration du retable en mi-2021.
L'inauguration est prévue en fin 2021.

Vocation du site

Utilisation des fonds collectés

La commune et l'association recherchent 78 % de cette somme de 74 186 auprès de l’Etat et des collectivités
territoriales ainsi qu’auprès de la Fondation du Patrimoine ; l’éventail des recherches est très large. Les fonds collectés serviront à financer ce plan.

Groupe de 80 mécènes

Ce groupe de fidèles a toujours répondu favorablement aux demandes d’aide financière proposées par l’association de valorisation du patrimoine La Cellere de Marquixanes. Au cours de cette dernière décennie, leurs engagements ont permis trois chantiers de restauration qu'il est désormais possible d'admirer sur ce territoire : lavoir, vitrail et porte à bretèche ; ces réalisations leur assurent également de la bonne utilisation des sommes d’argent confiées. 

Ces mécènes ont été de nouveau sollicités afin de financer les pré-études de restauration de ce retable saint Antoine de Padoue pour débloquer la situation de ce chef d’œuvre en péril. 

Communauté de communes Conflent Canigou

Par délibération du 10 janvier 2020, le conseil communautaire de Conflent Canigó a arrêté le projet de Plan Local d’Urbanisme Intercommunal valant Schéma de Cohérence Territoriale (PLUi valant SCOT).
Le patrimoine fait partie intégrante de ce développement et la prochaine mandature verra se développer la mise en valeur de toutes ses composantes dont le parcours baroque.

Mot du Président

" Nous allons pouvoir enfin construire un vrai plan de restauration de ce retable saint Antoine de Padoue et de sa chapelle, bloqué depuis des lustres, nous sommes conscients qu’il reste néanmoins beaucoup de chemin mais, grâce à votre générosité l’espoir existe maintenant."


JM MILITON
Président de l’association La Cellere de Marquixanes »

Partenaires

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

vous aimerez aussi

devenez acteur
de la fondation du patrimoine

  • EGLISE DE MARQUIXANES

    EGLISE DE MARQUIXANES / COMMUNE DE MARQUIXANES

  • EGLISE DE MARQUIXANES

    EGLISE DE MARQUIXANES / COMMUNE DE MARQUIXANES

  • EGLISE DE MARQUIXANES

    EGLISE DE MARQUIXANES / COMMUNE DE MARQUIXANES

  • EGLISE DE MARQUIXANES

    EGLISE DE MARQUIXANES / COMMUNE DE MARQUIXANES

  • EGLISE DE MARQUIXANES

    EGLISE DE MARQUIXANES / COMMUNE DE MARQUIXANES

  • EGLISE DE MARQUIXANES

    EGLISE DE MARQUIXANES / COMMUNE DE MARQUIXANES