L’origine de la fondation du monastère bénédictin de Tasque est inconnue, les sources historiques faisant défaut avant le XIIIe siècle. La première mention de l’établissement fait état de destructions subies vers 1260 lors d’un épisode de la guerre féodale. Les guerres de Religion firent à nouveau des dégâts au XVIe siècle, l’événement le plus marquant étant l’incendie la veille de Noël de l’église abbatiale. L’église fut rétablie à la fin du siècle mais pas entièrement, faute de moyens. Seules les parties conventuelles, le chœur et le transept firent l’objet d’une restauration. La nef fut laissée à ciel ouvert.
Un siècle après ce premier rétablissement, les parties orientales réparées à l’économie menaçaient de ruines. Des travaux de réaménagement de l’église furent entrepris comme l’installation d’un toit sur les deux tiers de l’ancienne nef et la construction d’un chœur de plan rectangulaire. Ces travaux étaient complétés par la création d’une sacristie entre le chœur et la nef en 1745. Quelques années plus tard l’abbé fit refondre la cloche de l’église. En 1793, l’inventaire met en évidence les actes de vandalismes perpétrés.
Dans les deux premières décennies du XIXe siècle, les curés desservant l’église durent se contenter d’un mobilier sommaire, composé d’épaves entassées dans la sacristie, restaurées et réinstallées tant bien que mal dans l’église. Plusieurs phases de travaux et de restaurations se succédèrent durant ce siècle. En 1924, un architecte des Monuments Historiques prépare un dossier pour instruire un projet de protection de l’église de Tasque. Le porche ainsi que son clocher sont classés le 30 août 1924. L’édifice est classé, dans son ensemble, au titre des Monuments Historiques le 20 décembre 1999. D’une ampleur inhabituelle, l’église abbatiale de Tasque compte parmi les plus remarquables constructions romanes du Gers.

L’édifice nous est parvenu dans un état semi-ruiné, conséquence de l’abandon, au début du XVIIIe siècle, de la majeure partie du chœur et du transept. Les bâtiments conventuels ont, quant à eux, disparu. Une première tranche de travaux d’urgence fut entreprise en 2003 pour consolider le mur Est de la nef ainsi que la reprise de l’angle du Nord-Ouest du clocher.

Médias

Nature des travaux

Concernant la restauration du chœur de l’église, il est prévu de dégager des peintures murales antérieures. Le projet est de créer un petit espace muséographique permettant de présenter les vestiges retrouvés (sarcophage, tête du Christ...) mais également d’offrir une présentation plus générale de l’édifice.

Grâce à cette souscription, vous pouvez soutenir cette opération de conservation et de mise en valeur de ce précieux patrimoine.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine