EGLISE NOTRE DAME DE SAVIGNY

Construite au 11e siècle, datée pour l'essentiel du 12e, avec une nef unique romane et une travée reconstruite au début du 16e, elle abrite des peintures murales du 14e et du 16e siècles et un Christ en majesté du 12e. À l'extérieur de la nef et du chœur, les murs sont surmontés de nombreux modillons du 12e.

Les murs sont garnis de près d’une cinquantaine de modillons du 12e siècle. L’inspiration est variée, animaux divers, prêtres, figures grotesques, objets de la vie quotidienne, moulures en forme de palmette.

Le décor du 12e siècle se situe dans l’abside et le chevet.

L’arc qui précède l’abside et l’arc d’entrée du chœur sont ornés de bâtons brisés, décor roman courant en Normandie.

Le pourtour de l’abside est scandé de cinq ensembles de colonnes doubles supportant cinq arcs en plein cintre. L’arcade centrale, dans laquelle s’inscrit une fenêtre, a reçu un traitement en bâtons brisés. Les chapiteaux sont sculptés : cheval, oiseaux, serpents, lions, entrelacs, résilles.

Pour accéder au chevet de l’abside, il faut contourner l’autel. À l’intérieur de la sacristie accolée à l‘église, le verso de baie de l’arcade centrale de l’abside s’inscrit dans une très haute arcature en plein cintre à chapiteaux sculptés et arc à bâtons brisés. La verrière est surmontée d’un linteau en bas-relief représentant une scène de chasse au cerf.

Au-dessus, un bas-relief représentant un Christ en majesté termine le plein de l’arcade. Le « Beau-Dieu », taillé dans six pierres jointives, est figuré pieds nus, assis sur un trône et portant le costume épiscopal. Il bénit de sa main gauche et tient de l’autre main une croix à longue hampe.

Les peintures murales : Le décor peint remis au jour par l’abbé Joubin est daté du 14e siècle. Il est situé dans la nef et dans l’abside. On pourra cependant remarquer, en plusieurs points du mur de la nef, d’autres traces qui laissent présumer l’existence d’autres peintures.

Sur le mur nord de la nef, le Christ est représenté de front, au centre d’une composition équilibrée à quatorze personnages (chiffre inhabituel pour une Cène qui normalement compte 13 personnes). Les apôtres sont représentés de profil. Judas fait face au Christ, assis de l’autre côté de la table. Un relevé datant de 1898 et détenu par les Monuments historiques, montre qu’il reçoit à manger du Christ un morceau de pain tandis que celui-ci le bénit.

À la gauche du Christ est représenté saint Paul, reconnaissable à son épée (instrument de son supplice) et à son crâne chauve, alors qu’en fait, il n’était pas présent au dernier repas du Christ avec ses Apôtres. À côté de saint Jean qui se penche sur l’épaule du Christ, saint Pierre détient une immense clef.

Les autres convives sont représentés sans attributs et dans les attitudes familières des gens à table.

 

Médias

Nature des travaux

Restauration de l'édifice, notamment régler le problème de l'humidité qui risque de très vite endommager toute l'église et ses précieuses peintures murales du XIVè siècle

Vocation du site

Site voué au culte

 

Partenaires

  • Association de sauvegarde de l'église




    Site web

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine