EGLISE SAINT MARTIN DE SAINT-MARTIN-LE-BEAU

Saint-Martin-le-Beau est un village tourangeau de 3 000 habitants, situé à 16 km de Tours, 8 km d’Amboise et 12 km de Chenonceaux. En avril 2015, son église a été ravagée par un incendie. Depuis lors, tout est mis en oeuvre pour la sauver.

 

Visite guidée…

Datant du XIe siècle, l’église mesure 24 m de long par 21 m de large. Romane par son portail, sa nef, son choeur et son clocher, elle est Renaissance par ses deux collatéraux sud et nord. Le porche a été remodelé au XIXe siècle ; l’archivolte présente divers motifs décoratifs, et quatre colonnes supportent des chapiteaux ornés de personnages de la bouche desquels sortent des feuilles d’acanthe. Un grand oculus surmonte le portail, deux portes en anse de panier du XVIe siècle
l’encadrent. À noter qu’une chaire extérieure, datant de la même époque, était utilisée par le Maire pour donner aux habitants des informations administratives à la sortie de la messe. Le clocher carré remonte à la fn du XIe siècle ; sa forme trapue rappelle sa fonction de défense (en cas d’arrivée des assaillants, la population se réfugiait dans l’église). Il comporte deux cloches.


Une forte présence martinienne

À l’intérieur de l’église, la nef centrale date du début du XIIe siècle.Le choeur, semi-circulaire, est de style Plantagenêt, comme dans beaucoup d’églises tourangelles de l’époque.
Ses vitraux représentent divers aspects de la vie et de la mort de Saint-Martin. Pour la plupart réalisés par un maître-verrier de Tours, M. Lobin, entre 1865 et 1866, ils ont été offerts par le propriétaire de Château de Mosny, en réparation
des profanations subies par l’église pendant la révolution de 1789.
Avril 2015, les flammes ravagent l’édifice Dans la nuit du 16 au 17 avril 2015, l’église de Saint-Martin-le-Beau a été détruite par un incendie. Le feu a gagné les toitures et les charpentes, les voûtes se sont effondrées. Des dispositifs pour protéger l’édifice ont été mises en place ; heureusement les structures de l’édifice n’ont pas eu a souffrir de l’incendie.
À l’issue de son étude diagnostique, l’Architecte en Chef de Monuments Historiques a proposé des travaux en phases successives : reconstruction de la nef centrale, la nef nord, la sacristie, le bascôté sud, le chevet et enfin l’élévation ouest.
Les travaux vont débuter fin 2018 pour deux à trois ans.

  • Montant des travaux : 2 757 000 €
  • Remboursement assurance : 1 628 000 €
  • Part restant à la commune : 1 129 000 €

Médias

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine