Dans le Département de l'Hérault, au sud de Ganges, Agonès est un petit village cévenol au sud de Ganges. Le village est dominé par un éperon rocheux, sur lequel s'élève la Croix de Saint-Micisse, face au massif du Thaurac. Le petit village d’Agonès, sur le plan civil, a été chef-lieu d’une viguerie carolingienne du diocèse de Maguelone en 899, et, sur le plan religieux, il a été un archiprêtré. Agonès est également mentionné à plusieurs reprises, comme castrum en 924 puis 958 et même comme forteresse du Haut Moyen-Age, avec Substantion. L'implantation du village, qui s'étire tout au long de la rive droite de l'Hérault, témoigne d'ailleurs d'une volonté féodale de défendre l'étroite gorge de l'Hérault, entre les plaines de Ganges et de Saint-Bauzille-de-Putois.Au 19ème siècle, avec le développement en Cévennes de la bonneterie de la soie, il se pratique, à Agonès, la traditionnelle exploitation du vers à soie ou magnans. Après la Belle époque le sériciculture y est remplacée par la viticulture.

La commune est composée de deux petites agglomérations situées presque aux extrémités du territoire de la commune. L’église Saint Saturnin, paroissiale depuis 1672, est située entre les deux pôles du village sur une petite butte. Elle forme avec le cimetière et l'ancien presbytère un ensemble charmant, dans un beau panorama. Ce site isolé était probablement déjà un lieu de culte à l'époque gallo-romaine. L'église actuelle est d'origine romane : la travée droite du chœur et l'abside en hémicycle voûtée en cul-de-four sont les vestiges encore visibles d'un petit édifice roman du 12ème siècle. Sa forme actuelle est le résultat d'une reconstruction presque complète entre les 17ème et 18ème siècle dont il reste les traces visibles au sud : la chapelle de la Vierge et le clocher. Au 19ème siècle, les murs de la nef ont été surélevés et un plafond plat enduit a été installé pour cacher la charpente apparente comprenant trois fermes. Les autres constructions du 19ème siècle sont visibles sur le côté ouest, la sacristie, le presbytère et les transformations de l'entrée de l'église (porche latéral en voûte d'arrête, façade à fronton couronnée par un clocher mur).

Médias

Nature des travaux

L'ensemble de bâtiments présente aujourd'hui des désordres structurels, comme en témoignent le réseau de fissures, visibles autant sur les sols que les murs et les voûtes et qui sont autant d'entrée d'eaux. Les couvertures en tuiles sont en mauvais état et souffrent des réparations de fortune effectuées récemment. Les maçonneries sont elles aussi dégradées, à la suite d'interventions récentes inappropriées et de par l'état de ruine de certains murs.

TRAVAUX ENVISAGES:

- consolider les structures avec une reprise en fondations
- reprendre les maçonneries : remaillage et bouchage des fissures
- réfection des enduits de façade
- réfection complète des couvertures en tuiles canal.

Coût total estimé des travaux : 203 376 € H.T

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine