FORT SAINT SEBASTIEN DE BITCHE

Construit en 1847 pour renforcer le réseau de défense local en complément de la Citadelle, cet édifice militaire était intégré aux remparts de la ville de Bitche. Son architecture et les matériaux de construction employés en font un élément paysager remarquable.
La construction du fortin de la Roche Percée de Bitche débute en 1846, sous le règne de Louis-Philippe. Les travaux sont poursuivis pendant la IIème République pour s'achever en 1852, au début du Second Empire. Le fort est ainsi contemporain des fortifications de Paris et de Fort Boyard. C'est le général Schneider, originaire de Sarre-Union, député de l'arrondissement de Sarreguemines et ancien ministre de la guerre, qui réussit, en 1844, à convaincre le comité des fortifications de construire une nouvelle enceinte pour l'établissement d'un camp retranché. Mais son projet, situé au sud-est, entre le château et le Kindelberg, n'est pas retenu.
Le comité des fortifications se rallie au projet du chef de bataillon Michel Bizot (né à Bitche en 1795) qui prévoit le camp retranché sur le coté nord-ouest englobant ainsi la ville. Le fortin de la Roche Percée ou de Saint-Sébastien, à proximité de la chapelle du même nom, constitue le bastion 7 de la nouvelle enceinte. Il est le point de résistance ultime du réduit qui protège des tirs venant des hauteurs avoisinantes.
Le terrain entre le pied du fort et la citadelle sert de terrain d'exercice puis de camp retranché pendant le siège de 1870-1871. Actuellement, l'emplacement du camp retranché est occupé par le terrain de sport. Les remblais proviennent en partie des déblais du fossé du fortin. Ils sont transportés par wagonnets sur rails. Un décret ministériel du 28 février 1850 a élevé la ville aux rang de place-forte de première classe avant la fin des travaux en 1857.
Depuis quelques années, les bénévoles de l'association « Les Amis du Fort Saint-Sébastien » s'emploient, avec l'aide de la municipalité, à faire revivre ce fortin.

Médias

Nature des travaux

L’édifice présente à plusieurs endroits des brèches dans les murs en grès, entrainant des éboulements. Ceux-ci mettent en cause la stabilité de l’ensemble. Les infiltrations d’eau de pluie sur le plateau rendent également instable la structure qui menace de s’effondrer. La consolidation du fort s’impose donc.
- Façace avant : restauration du parement éboulé,
- Façade arrière : réfection de plusieurs brèches longitudinales,
- Dessus du bâtiment : mise en sécurité du matelas de sable.

Vocation du site

La restauration du Fort Saint-Sébastien a pour vocation de permettre à nouveau la visite et l'accès pour pouvoir bénéficier de ses points de vue.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine