FOUR À PAIN DU MOULIN DU CHER - SARRAN

Premier site acquis par le Conservatoire en 1992, la propriété du Moulin du Cher est constituée d’un ensemble de bâtiments et d’ouvrages liés au moulin et à son fonctionnement. On y trouve ainsi le moulin avec ses ouvrages de maitrise de l’eau, la maison d’habitation en bordure de route, le four à pain, la source et la mare lavoir.
Bordé par le cours de la Corrèze, ce site d’une superficie d’environ 3 hectares est typique de l’architecture traditionnelle du bâti paysan corrézien du 19ème siècle, avec une maçonnerie de granit hourdée à la chaux et à la terre, lui donnant un côté austère et simple. Un verger conservatoire constitué d’anciennes variétés d’arbres fruitiers est géré par une association locale.
Enfin, pour « la petite histoire », notre propriété est située à proximité immédiate du Chateau de Bity, propriété de Monsieur Jacques CHIRAC, ancien Président de la République…

Parlons un peu du moulin…. La date de construction du moulin n'est pas connue exactement. En 1919, l'Abbé Borde, dans son ouvrage sur Sarran, donne toutefois quelques indications. Nous apprenons ainsi qu’il n'apparaît pas dans la liste des propriétés bâties de la paroisse en 1740, mais il est cité dans la liste des familles de la commune en 1800. Le moulin date donc vraisemblablement des alentours de la Révolution Française. Il est d’ailleurs bien représenté sur le cadastre napoléonien, daté à Sarran de 1829. Il ne ressemblait pas à l’époque totalement à celui que nous connaissons aujourd’hui. Le bief d'évacuation, actuellement voûté, était vraisemblablement à ciel ouvert et la construction de la voûte actuelle est postérieure à celle du moulin. Le cadastre napoléonien semble également montrer qu'un deuxième bief, parallèle à l'actuel, aurait existé. Il aurait suivi le décrochement de pente, en longeant le moulin du côté de l'escalier. Mais nous ne savons à quoi servait ce deuxième bief… En 1865, les registres de la préfecture cite le moulin du Cher comme "moulin à farines", sans ouvrier, mais avec 3 meules. La maison située en bord de route était louée et ne servait donc pas aux meuniers.

Le moulin a cessé de fonctionner et a été abandonné lors de la 2e Guerre Mondiale. Et en l'absence d'entretien, il a commencé à se dégrader… Lorsque le Conservatoire le rachète, la moitié du toit et les planchers sont tombés…Notons que cet achat a permis de préserver deux locataires du moulin, deux espèces de chauve-souris menacées de disparition en France : le Murin à oreilles échancrées et le Grand Rhinolophe. Le Conservatoire a entrepris la restauration du moulin qui est depuis, l'un des 15 sites les plus importants en France pour la reproduction de ces deux espèces avec certaines années près de 1 000 individus recensés. Le Conservatoire veille également à préserver la qualité paysagère du site. Ont ainsi été restaurés en octobre 2003, un muret en pierres sèches en bordure de la route départementale, aidés dans notre tâche par des bénévoles de la commune.

Nature des travaux

Aujourd’hui, le Conservatoire des Espaces Naturels du Limousin souhaite poursuivre ce projet de restauration et de valorisation du site avec le four à pain. Il est lui aussi constitué en maçonnerie de granit hourdée à la chaux et à la terre avec une partie inférieure servant au stockage du bois nécessaire pour la cuisson du pain, et une partie supérieure ou se trouve le four surmonté d’un avaloir à fumée lui-même terminé par une cheminée.
Mais des travaux doivent être envisagés… Dans le four à pain, la poutre qui supporte l’avaloir ne repose plus sur les murs, les étais en chêne doivent être remplacés, les menuiseries sont hors service et la couverture en fibrociment mérite de retrouver son état d’origine en ardoises.
Le coût des travaux nécessaires s’élève à 24 000€, uniquement pour le four à pain.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine