FOUR ÉPERNAY A SAINTE-REINE

Ce très ancien four à pain est situé dans le massif des Bauges, au hameau d’Épernay à Sainte-Reine. Il était déjà présent sur la Mappe Sarde de 1732, parcelle n° 414 (actuellement parcelle ZD 138). En 1854, le conseil municipal parlait de la reconstruction de la voûte.

Ce bâtiment trapu et massif qui tourne le dos à la rue a été construit en mollasse et pierres du pays. Les murs sont épais de près d’un mètre. Il a la particularité de ne pas avoir de cheminée, la fumée se dégage par la porte ouverte. Il demande donc une chauffe particulière. La gueule du four est fermée par une porte métallique. De part et d’autres des murs, des bancs en pierre accueillaient les «paillas» (des corbeilles tressées avec de la paille, de la ronce ou du noisetier) contenant la pâte en attente de cuisson puis recevaient les pains ou autres gourmandises chaudes sortant du four.

Coeur vivant de notre village jusqu’aux années 1950 où chaque famille venait faire cuire son pain chaque quinzaine, le four était chauffé, à tour de rôle, par les hommes. Le bois était fourni par les trois ou quatre familles qui se groupaient pour une fournée. Une fournée le matin et une autre l’après-midi pendant environ trois jours. Tout d’abord, on cuisait la «couètase» (fougasse) pour le repas de midi puis la provision de gros pains d’environ trois à quatre kilos chargés de mie sous une grosse croûte afin d’assurer la plus longue conservation naturelle possible. Une moyenne de cinq à sept pains par ménage, de quoi tenir une quinzaine de jours. Chaque pain portait le signe de reconnaissance de chacun.

Ensuite, étaient cuites les «épognes au comè» (crème pâtissière), aux pommes, prunes ou rhubarbe selon la saison. On profitait au maximum de la chaleur du four. À la suite des pains et tartes, certains faisaient sécher des fruits et, en dernier, d’autres venaient cintrer des manches d’outils. Il reste encore l’encoche dans l’angle du mur.

Puis le four se reposait ! La reprise s’appelait «l’échor».

Médias

Vocation du site

Non utilisé pendant de nombreuses années, un artisan spécialisé a refait l’intérieur du four en 2010 ainsi que le
crépi extérieur à la chaux. Chaque année, en juillet, il est remis en service par quelques bénévoles et chacun peut apporter pains, tartes, quiches, pizzas… à faire cuire. L’ensemble est ensuite dégusté dans un esprit convivial.

Dans cette même optique, en octobre 2018, nous participerons à la fête des fours à pain organisée par le Parc des Bauges. À notre échelle, nous contribuerons ainsi à la renaissance de cette magnifique tradition de nos communautés de montagne. Hélas, la toiture de notre four connaît l’usure du temps et la couverture en tôles ondulées montre des signes de faiblesse. Ne laissons pas notre four se détériorer ! Conservons le patrimoine architectural de notre village hérité de nos ancêtres et que nous devons transmettre à nos enfants.

La chaleur bienfaisante de ces moments autour du four doit pouvoir continuer à se propager dans notre société contemporaine.


Mobilisons-nous !

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine