INFIRMERIE DE L'ABBAYE D'OURSCAMP

Située dans la haute vallée de l'Oise, à quelques kilomètres de Noyon, l'abbaye Cistercienne d'Ourscamp fut fondée en 1129.

En 1792, les moines sont chassés, mais l'abbatiale est épargnée et sert d'infirmerie.

Au début du XIXe siècle, le propriétaire du domaine transforme le monastère en château en faisant abattre la nef. Néanmoins, pour répondre à la mode romantique, il conserve les ruines du chœur.

Par la suite, en 1823, le monastère devient une fonderie installée dans le cloître, puis, en 1825, une prospère filature de velours de coton. Une expansion fulgurante classe la filature premier site industriel de l’Oise.

En 1915, un bombardement français déclenche un important incendie qui n'épargne que l'infirmerie.

Enfin, depuis 1941, la Congrégation des Serviteurs de Jésus et de Marie occupe les lieux.

L'édifice, considéré comme la plus belle infirmerie cistercienne d’Europe, date de 1220.

Son rôle a décru avec le nombre de moines. Cependant, on y a toujours emmené les mourants, ce qui explique le surnom de "salle des morts" qui est le sien depuis le XVIIIe siècle. Aujourd'hui, elle est reconvertie en chapelle.

Longue de 46 mètres, elle comprend trois vaisseaux de huit travées.

Le renforcement de la structure puis les restaurations de la charpente et de la toiture ont été effectués en 2006 et 2007.

Nous remercions chaleureusement les généreux donateurs qui, grâce à une première souscription publique de la Fondation du Patrimoine, ont permis la restauration du décor médiéval peint des voûtes et des murs de l’édifice. Cette restauration sera terminée avant fin juin 2017.

Une seconde souscription va permettre de restaurer le sol en tomettes de céramique d'époque médiévale. Nous comptons à nouveau sur votre soutien !

Médias

Nature des travaux

Le sol de l’ancienne infirmerie est composé de tomettes de céramique d’époque médiévale pour les plus anciennes dont certaines, trop endommagées, furent remplacées par des carreaux de céramique moderne.

Le sol est affaissé par endroits, principalement dans la nef centrale et au niveau de l’orgue. Les études de stabilité, réalisées en 2002, ont permis de vérifier la résistance des fondations du bâtiment. Celles-ci descendent à 5 mètres de profondeur pour aller chercher le bon sol. Les désordres apparents n’affectent pas l’équilibre structurel de l’édifice. Il faut croire que, mal compacté, le remblai mis en œuvre après la réalisation des fondations a subi des tassements différentiels.

L’ensemble des carreaux existants sera déposé et remplacé par des neufs, gravés et vernissés, reproduits selon le modèle médiéval.

Ces travaux comprendront :

-           La dépose des carreaux existants, le tri pour conservation des carreaux moyenâgeux et la façon de carreaux neufs gravés et vernissés. Ils seront posés sur une dalle non armée coulée sur un revêtement drainant.

-           La façon d’un soubassement de maçonnerie pour le repositionnement de l’orgue.

Le montant des travaux concernés par cette deuxième souscription publique s’élève à 285.279 € TTC et doit durer de juillet 2017 à mars 2018.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

vos contreparties

  • 10€
    ou plus

    Le parc de l'Abbaye est ouvert gracieusement au public tous les jours de l'année.

    L'infirmerie, convertie en chapelle, est libre à la visite en dehors des offices

    Des visites sont organisées, toute l'année, par des conférenciers bénévoles.

devenez acteur
de la fondation du patrimoine