Les lavoirs, autrefois lieux de dur travail pour les femmes mais également espaces de liberté et de sociabilité, ont été construits dès la fin du XVIIIe siècle et utilisés jusqu’au milieu du XXe siècle. Ils constituent aujourd’hui un témoignage essentiel sur la vie rurale durant les deux siècles passés et leur préservation est pour les communes une obligation morale.
TOUQUIN a compté quatre lavoirs : l’un, au hameau de GRAND-FONTAINE, a été démoli quand la source qui l’alimentait a été utilisée pour fournir l’eau courante à la commune ; le second, simple bassin rectangulaire entouré d’une bordure cimentée, se trouve dans une propriété privée, rue de VILLARCEAUX ; les deux derniers sont de construction beaucoup plus élaborée : l’un, rue FONTAINE-LA-REINE, a été en partie réhabilité ces dernières années mais sa toiture est en mauvais état. Des travaux plus importants encore doivent être envisagés pour le dernier, dont la margelle, le dallage et la toiture sont également très dégradés. Situé à l’écart du village, en bordure de la route communale qui relie le bourg au hameau du TAU, alimenté par une source dont l’eau s’échappe par un ru en direction de l’YERRES, clos de murs et couvert sur trois côtés d’un toit de tuiles plates soutenu par une charpente en bois chevillé, il mesure 9 mètres sur 8 et son bassin 6 sur 4. Il est équipé d'une cheminée qui apportait de la chaleur en hiver et dont les cendres étaient utiles pour la lessive.

Médias

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine