LE SAINT MAUDET A DOUARNENEZ

Les misainiers sont les traces d’une époque aujourd’hui révolue.
Dans les années 1930 à 1950, dans tous les ports de notre Cornouaille, les canots à misaine étaient une multitude, ils y côtoyaient des bateaux de pêche de plus fort tonnage, sloops et dundees, eux aussi en grand nombre. La population maritime était dense, le nombre de marins considérable. La ressource, dans toutes les espèces pêchées, était abondante et les usines se répandaient sur toute la côte employant un personnel considérable.

Marin-pêcheur était un métier répandu et inscrit dans une communauté humaine cohérente incluant d’autres métiers autour d’un objet central, le bateau, sa zone de pêche, son port. Très polyvalents, les misainiers étaient adaptés aux divers métiers de la « petite pêche ». Ces bateaux étaient le plus souvent armés par des hommes seuls, marins retraités. Ils en tiraient un complément de revenu. Certains se sont illustrés avec leur bateau dans des faits de résistance (contacts avec les Anglais autour des Glénan, transfert du colonel Rémy).

Médias

Nature des travaux

Travaux de restauration de la coque

Vocation du site

Mis en chantier à Lorient en 1953 par un médecin pour être armé à la plaisance, il est gréé en cotre. En cours de construction, la coque est vendue et inscrite à la pêche. Quelques années plus tard, il est repris par un pêcheur retraité qui le motorise et le met à la pêche à Groix pendant de longues années. Laissé à l’abandon, il est racheté pour son moteur et mis sur vasière sur la rive droite du Belon, vers Riec. La grande marée de fin Août 1992 le remet à flot et il arrive au port de Belon. Récupéré et transformé en « mobilier de jardin », il est ensuite repris et remis en état. Il connaît plusieurs propriétaires avant d’être, de nouveau, laissé à l’abandon. La Misaine décide de sauver ce sauver ce bateau certifié «Bateau d’intérêt patrimonial».

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

vos contreparties

  • FORMULE N°1 : Jusqu’à 200€ (coût réel de 10,20€)€
    ou plus

    Reçu fiscal + invitation à l’inauguration des travaux

  • FORMULE n°2 : 200€ minimum (coût réel de 17€)€
    ou plus

    Reçu fiscal + Formule n°1 + visite des Ateliers de l’Enfer à Douarnenez

  • FORMULE n°3 : 1000€ minimum (coût réel de 34€)€
    ou plus

    Reçu fiscal + Formule n°2 + Balade à bord du Saint Maudet

vous aimerez aussi

devenez acteur
de la fondation du patrimoine