Situé dans le département du Gard, Le village de Tresques comprend environ 1 735 habitants.
Il est accroché au rocher et bordé de deux ruisseaux : la Veyre et le Peypin ainsi que d'une rivière, la Tave, qui devient quelquefois un terrifiant torrent lorsque de trop grosses pluies déferlent sur la région.
Peuplé dès l’âge du Néolithique (-5 000 ans), les hommes ont profité de ce site particulier naturel pour y établir des campements, grotte du Pujols, hypogée de l'Estang, habitats de plein air des Esquirades (Néolithique final et Bronze Ancien) ; d'autres sites autour du village révèlent une activité importante depuis l'âge du fer : la Roquette, les bords de l'Etang.
La commune ne manque pas de beaux édifices, quatre sanctuaires datant des 5ème siècle ou 7ème siècle, 11ème et 14ème siècles y sont répertoriés. (La Chapelle Saint Martin de Lussan, Chapelle Saint Pierre de Castre et Chapelle Sainte Madeleine) ainsi que l'église du village consacrée à Notre Dame, qui s’élève au sommet du rocher.
L'ensemble du château, de la tour de guet et des premières habitations se développent vers le 12ème siècle autour du rocher. Des remparts s'érigent en première ceinture au 11ème siècle, et une deuxième ceinture vers le 13ème siècle, encore visible au Barry. Il reste encore une partie des murs de fortification et la trace des « Posterles » donnant accès à l’intérieur des remparts aux gens des alentours qui fuyaient les pillards.
Les ruelles étroites et tortueuses, les façades de vielles pierres, les ouvertures en forme de meurtrières, les arceaux en contreforts témoignent du caractère médiéval de Tresques.
Sur la place du 11 Novembre, près de la Tave, se trouve <strong>le monument aux morts qui date de 1948</strong>.
Il est l'œuvre du sculpteur Jean-Charles Lallement (1914 - 1970). C'est un parallélépipède sculpté en bas-relief en pierre de tavel, supporté par deux dalles en pierre grise de Pompignan.
On peut y admirer deux corps nus d'hommes schématisés, portant des armes, ce sont deux soldats morts, anonymes et victimes des violences de la guerre et des combats.
Ce monument funéraire est en rupture totale avec la tradition iconographique des monuments aux morts en France de cette époque, qui comportaient souvent des images guerrières.
Les travaux concernent le déplacement et la restauration du monument aux morts l’aménagement d’une placette et d’un accès au monument.

Médias

Nature des travaux

Les travaux concernent le déplacement et la restauration du monument aux morts.
Le coût total estimé des travaux est de 67 275 euros H.T.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine