MONUMENT AUX MORTS DES BOSQUETS A LUNEVILLE

Participez à la restauration du monument aux morts de Lunéville

Le monument aux morts de Lunéville a été élevé en 1927 par les architectes André Gutton et Germain Grange, avec le concours du sculpteur Claude Grange et de l'entrepreneur Henri Masson. Le projet est retenu dans le cadre d'un concours. Des noms prestigieux de l'architecture lorraine y sont associés puisque Victor Prouvé a été le président du jury et que Lucien Weissenburger y a participé. Le président Raymond Poincaré inaugura le monument le 19 juin 1927. Après d'âpres discussions, le choix du parc des Bosquets s'est imposé pour accueillir ce lieu de mémoire. Loin de l'agitation de la ville, sans être trop excentré, il offre la possibilité aux familles de se recueillir et un espace suffisamment vaste pour accueillir les cérémonies. Édifié sous la forme d'une allée monumentale bordée de sarcophages, dite « La voie sacrée du souvenir », et de deux piliers soutenant des sculptures imposantes, les supports sont en béton et les statues taillées dans le calcaire. L'ensemble est isolé du reste du parc par la scénographie paysagère qui souligne le côté presque sacré du lieu. Les architectes ont utilisé la symbolique du pilier, élément vertical qui exprime la communication entre monde terrestre et monde céleste. D'un côté, deux allégories féminines, de l'autre deux soldats. Les premières s'opposant à l'envahisseur et s'appuyant sur de puissants chevaux rappellent la vocation cavalière de Lunéville. Les formes sont simplifiées et les femmes habillées de vêtements de type antique, intemporel tendent à l'universalité. Les deux soldats, quant à eux, marchent aux côtés de ces chevaux, sentinelles veillant sur les morts. Entre triomphe et funèbre, le monument transpose la réalité des sentiments des survivants entre l'allégresse de la victoire et le chagrin de la perte de toutes ces vies. Les sarcophages comportent le nom des victimes de la guerre sans distinction de grades ainsi que ceux des civils tués lors des actions militaires ou déportés, soit 945 noms ; le classement est fait par ordre alphabétique. L'ensemble a été remanié et deux sarcophages, pour 395 noms, ont été ajoutés après la deuxième guerre mondiale par les architectes André Gutton et Germain Grange. Les noms des soldats morts pour la France lors des guerres d’Indochine TOE (51) et d'Afrique du Nord (31) ont été également ajoutés aux sarcophages. Le monument n'est plus le symbole d'une seule guerre, mais de tous les conflits.

Médias

Nature des travaux

Restauration du monument aux morts (maçonnerie, pierre de taille, dallage, lettrage). Le coût des travaux s'élèvent à 102 502.24 € HT.

Vocation du site

Célébration du Centenaire de la signature de l'Armistice du 11 novembre 1918.

Partenaires

  • Mairie de Lunéville




faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine

  • MONUMENT AUX MORTS DES BOSQUETS A LUNEVILLE
  • MONUMENT AUX MORTS DES BOSQUETS A LUNEVILLE
  • MONUMENT AUX MORTS DES BOSQUETS A LUNEVILLE

    Monument aux morts du parc des Bosquets à Lunéville