ORGUE DE L'EGLISE SAINTE MARIE A MULHOUSE

Peu de documents évoquant les premières orgues de la « vieille église » de Mulhouse sont parvenus jusqu’à nos jours.
Un orgue d’origine inconnue a été détérioré, en 1529, lors des troubles dus à la Réforme.
Un deuxième instrument a existé alors que le chœur était utilisé par la paroisse réformée. En 1804 le choeur fut rendu aux catholiques et en 1812 ils récupérèrent la nef ainsi que l’orgue. Cet orgue fut vendu et transféré en 1834 à la paroisse de Dornach.
La communauté catholique ne pouvait rester sans orgue. Un marché avait été signé avec Joseph Callinet en mars 1833. Le nouvel instrument, à trois claviers, fut posé à l’automne 1834 et réceptionné en octobre de la même année.
Différents facteurs d’orgues intervinrent pour l’entretien de l’instrument. Il y eut, au début, Joseph Callinet mais aussi son neveu Louis-François. La célèbre manufacture Cavaillé-Coll participa également à l’entretien. A l’aube du XXème siècle, l’orgue Callinet présentait des signes de fatigue. La maison Rinckenbach fut invitée à fournir successivement trois devis et c’est le dernier qui fut retenu par le conseil de fabrique en mai 1911.
C’est à cette époque que le buffet fut modifié par l’ajout de deux platesfaces sur les côtés. Le positif de dos fut vidé pour abriter la console. L’instrument devint un orgue pneumatique de 40 jeux sur 3 claviers et pédale.
La traction de l’orgue fut électrifiée en 1953 par G. Schwenkedel et la composition retouchée.
Il y eut un relevage en 1983 par C. Guerrier. Mais peu après, en 1987, ce facteur dut démonter l’orgue suite à un affaissement d’une poutre du plafond.

Médias

Nature des travaux

L’orgue Callinet va retrouver sa place à la tribune au printemps 2013. Il se mettra au service du projet Sainte Marie - Eglise Centre Ville. Il sera utilisé en complémentarité avec l’orgue de choeur pour l’accompagnement des célébrations, tant pour soutenir les parties chantées que pour jouer des pièces musicales et méditatives. Il permettra aussi de proposer des concerts pour les croyants et les mélomanes.
En accord avec la ville de Mulhouse et après proposition des experts, le Conseil de fabrique a concrétisé un retour à l’instrument d’origine. Cela implique de supprimer les deux plates-faces latérales et d’abandonner la console Rinckenbach. Le positif de dos sera conservé mais rehaussé par rapport à la disposition primitive. La candidature du facteur d’orgue Hubert Brayé a été retenue par le service d’architecture de la ville.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine