ORGUE MERKLIN-SCHÜTZE DE DAMBACH-LA-VILLE

Le choix par la commune de Dambach-la Ville de s’adresser en 1866 à l’entreprise de facture d’orgues parisienne Merklin-Schütze est une originalité en soit. En Alsace encore française à cette époque là, les facteurs Stiehr, Callinet et Rinckenbach exercent leur art dans une tradition marquée par les chefs d’œuvre du XVIIIème.A Dambach-la-Ville comme ailleurs quelques années plus tard, on est davantage tourné vers la modernité et attiré par une évolution du goût musical qui se développe à Paris.

La maison Merklin-Schütze

Tout Badois qu’il était puisque né en 1819 à Oberhausen en Allemagne, Joseph Merklin arrive en France en 1855. Il obtiendra la nationalité française en 1875. Il commence son apprentissage chez Walcker, l’un des plus grands facteurs européens d’alors. Joseph Merklin construit son premier orgue en 1840 et s’établit en Belgique. Dès 1858, il crée avec son beau-frère la société anonyme Merklin-Schütze avec le siège social en Belgique et la Manufacture d’orgues…à Paris ! Dans les années 1860, cette entreprise peut être considérée comme une des premières sur dans le paysage de la facture d’orgues en Europe. Le musicologue Fétis écrira :

« Par la bonne gestion de cette administration, par la réunion de deux grandes maisons de Bruxelles et de Paris, par les travaux qui y sont exécuté. Enfin par le talent incontestable de Messieurs Merklin et Schütze, cet établissement est devenu sans égal en Europe ».

Pour l’Alsace, on ne compte pas moins de 12 instruments de Merklin dont la moitié est à ce jour encore conservée.

L'orgue de Dambach-la-Ville

L’instrument d’origine présentait à Dambach une composition de 26 jeux sur 3 claviers et pédalier ce qui en fait un orgue imposant. L’orgue sera muni du système Barker qui est un dispositif pneumatique qui permet d’atténuer la dureté des touches des claviers. La description faite par Merklin dans son devis montre l’intérêt qu’il portait à ce système :

« Dans le mécanisme et pour le clavier du grand-orgue, il sera fait application d’un nouveau système de petits soufflets pneumatiques ayant pour effet d’adoucir considérablement le toucher des claviers et en même temps faire parler avec promptitude et précision les tuyaux des divers jeux.  Il s’agit ici de la description de la Machine Barker ».

Médias

Nature des travaux

Aujourd’hui, l’instrument fonctionne mais la suppression en 1964 de la machine Barker rend son utilisation difficile. La mécanique est très lourde, quasi injouable sur un clavier.

Le programme des travaux prévoit de le reconstruire et de rebrancher la Barker. Après un nettoyage général de l’orgue, on profitera de ces interventions pour contrôler tous les systèmes de transmission, d’alimentation. L’orgue sera révisé dans sa totalité. Cela représente environ 1000 heures de travail.

Vocation du site

L'instrument reprendra sa place au sein de l'église Saint-Etienne de Dambach-la-Ville et accompagnera tous les évènements cultuels et culturels. Il retrouvera un état proche de celui d'origine.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine

  • ORGUE MERKLIN-SCHÜTZE DE DAMBACH-LA-VILLE

    Orgue Merklin Dambach-la-Ville

  • ORGUE MERKLIN-SCHÜTZE DE DAMBACH-LA-VILLE

    Orgue Merklin Dambach-la-Ville

  • ORGUE MERKLIN-SCHÜTZE DE DAMBACH-LA-VILLE

    Soufflet

  • ORGUE MERKLIN-SCHÜTZE DE DAMBACH-LA-VILLE

    Orgue Merklin Dambach-la-Ville

  • ORGUE MERKLIN-SCHÜTZE DE DAMBACH-LA-VILLE

    Tyauterie de l'orgue