PASSERELLE SAINT-FRANCOIS A TREGUIER

Le projet de construire une passerelle suspendue sur le Guindy, en remplacement du « passe cheval » est autorisé par Louis-Philippe, roi des Français le 12 février 1833. Monsieur Ozou, concessionnaire fait achever l'ouvrage en 1834. Il s'agit là d'un des premiers ponts suspendus dit "fil de fer".
Le 1er février 1873, le pont est racheté par le conseil Général des Côtes du Nord et le péage est supprimé. Après la construction du "Pont Noir" en 1904, on envisage la suppression de la passerelle mais les Trécorrois se mobilisent pour exiger son maintien en signant une pétition. Lorsqu'une rénovation s'avère nécessaire en 1954 un marché de gré à gré est passé avec l'entreprise Coignet. Cinquante ans plus tard les Ponts et Chaussées ordonnent la fermeture de la passerelle pour des raisons de sécurité.
Telle une libellule posée sur l'estuaire, la passerelle monte la garde devant les verdoyants méandres de la belle vallée du Guindy qui mènent à l'aqueduc de 1623 alimentant Tréguier. Bordée au nord par la cathédrale de Tréguier, les vieilles demeures de la cité épiscopale dominant le bois du poète et le tombeau d'Anatole Le Braz, un tunnel de chênes verts s'ouvre au sud sur les les vestiges du petit train des côtes d'Armor et les faubourgs ensoleillés de Plouguiel.

Médias

Nature des travaux

Reconstruction de la passerelle pour la rendre de nouveau accessible au public

Vocation du site

Et si en Mai 2013, les premiers marcheurs du G.R 34, sentier européen n°5, empruntaient de nouveau la passerelle Saint-François ? Quoi de plus logique qu'elle retrouve la place qu'elle a toujours occupée dans notre mémoire et dans notre cœur !
Lieu touristique de passage entre les communes de Tréguier et Plouguiel

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine