Ce projet a bénéficié de la prime Skoaz ouzh skoaz du Conseil régional de Bretagne

Redon doit son développement à l'influence de son abbaye sur l'ensemble de la province, et à l'intérêt que représentait l'axe de communication naturel qu'est la Vilaine et sa confluence avec l'Oust. Au XIIe siècle, le Cartulaire mentionne une navigation sur la Vilaine jusqu'à Redon. Les deux cours d'eau faisant l'objet d'un trafic croissant, le port de Redon devient le siège d'une activité commerciale majeure. Au XVIe siècle, les habitants de Rennes obtiennent de François 1er l'autorisation de rendre la Vilaine navigable. Dix écluses sont érigées sur le fleuve et permettent de remonter les marchandises arrivées de la mer au port de Redon, affirmant de ce fait sa position de port maritime de Rennes.
Des documents du XVIIIe siècle attestent de la multiplicité et de l'étendue de ce commerce ; la Vilaine y est qualifiée de "mère nourrice de la ville de Rennes", "elle porte l'abondance dans le milieu et dans tout l'intérieur de la province". A la veille de la Révolution, la "Commission de Navigation intérieure" présente son rapport aux Etats de Bretagne. Mais il faut attendre le début du XIXe siècle pour que Napoléon ordonne la "canalisation" de la province. La dérivation de l'Oust achève les travaux du canal de Nantes à Brest qui, avec le bassin à flot inauguré en 1855, remodèle notre ville devenue carrefour des voies navigables de l'ouest. Dès 1862, année d'inauguration de la gare, on envisage de relier celle-ci au bassin à flot. Cette liaison se fera en 1885, la voie ferrée franchissant le canal par un pont tournant. A la demande de la municipalité, il comprend aussi une voie charretière facilitant la liaison avec le Morbihan. Servant ainsi de passage aux trains, aux charrettes et aux piétons, il est le lien entre le port de marchandises et la gare.
Le pont tournant est constitué de deux tabliers, l'un mobile, l'autre fixe pour permettre aux bateaux de continuer à naviguer sur le canal. Cet ouvrage d'art témoigne d'une grande maîtrise technique et artistique. Il présente un caractère historique intéressant par la conception de ses éléments en poutres reconstituées rivées à chaud et par ses garde-corps style « art nouveau ». Il est l'unique pont de ce type conservé sur le canal de Nantes à Brest. La municipalité poursuit une politique de sauvegarde du patrimoine lié au canal et à la batellerie qui se manifeste par le désir de conserver et restaurer le pont tournant de chemin de fer. Passage piéton sécurisé, il sera le lien entre les structures communautaires (médiathèque et piscine), les établissements scolaires, la maison de retraite, et le centre-ville. Cette réhabilitation permettra aux piétons d'éviter le pont routier recevant quotidiennement 7 000 véhicules.

Médias

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine