RETABLE D'ISSENHEIM DU MUSÉE UNTERLINDEN DE COLMAR

Commandé pour le couvent des Antonins d'Issenheim, situé à une vingtaine de kilomètres de Colmar, le retable d'Issenheim est réalisé entre 1512 et 1516 par Matthias Grünewald pour les panneaux peints et Nicolas de Haguenau pour la partie sculptée. Le polyptyque, qui ornait le maître-autel de l'église du couvent avant la Révolution, fut commandé par l'un des supérieurs de l'ordre, Guy Guers, précepteur de la commanderie des Antonins de 1490 à 1516. L'ordre de Saint-Antoine a pour vocation de soigner les malades atteints du feu sacré ou feu de saint Antoine, véritable fléau au Moyen Âge.

Le retable est constitué d'un ensemble de plusieurs panneaux peints qui s'articulent autour d'une caisse centrale dans laquelle prennent place des sculptures. Il possède au total trois faces illustrées. Les volets pouvaient être ouverts pour illustrer les différentes périodes liturgiques durant le culte, lors des fêtes correspondantes. Pendant les jours ordinaires, c'est la Crucifixion qui était donnée à voir aux malades.

C'est une œuvre de grandes dimensions (3,30 m de haut et 5,90 m de large) qui répond à un programme iconographique dense : représenter la vie du Christ et celle de saint Antoine l'Ermite (231-356). Grünewald y mêle réalisme morbide et fantastique, maniérisme et dépouillement, intensité dramatique et naturalisme, réalisant un ensemble monumental, unique et sans précédent. Il est resté conservé dans le couvent des Antonins d'Issenheim jusqu'à la Révolution et pour empêcher sa destruction, il est transporté à Colmar, en 1792, à la Bibliothèque Nationale du District. En 1852, il est transféré dans l'église de l'ancien couvent des Dominicaines d'Unterlinden, où il constitue le joyau du musée qui s'y organise alors et où il ne cesse de fasciner et d'envoûter ceux qui le contemplent.

Médias

Nature des travaux

L'état de conservation du retable est bon. En revanche, son aspect esthétique peut être nettement amélioré. En effet, les différentes couches de vernis placées au cours des siècles (1796, 1842, 1917, 1933, 1947) ont jaunis et leur encrassement nuit à une bonne lecture. Certaines zones sont mates, d'autres au contraire brillantes.

Cette restauration permettra de parfaire l'étude du retable, en complément des analyses scientifiques réalisées par le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) entre 2000 et 2004.

Le Ministère de la Culture a donné son accord à la restauration de ce chef d’oeuvre.

La Fondation du Patrimoine soutient ce projet et a d’ores et déjà signé une convention de mécénat accordant une subvention de 100 000 euros.

La délégation Alsace de la Fondation du Patrimoine contribuera au financement des études préalables et des travaux en concertation avec la société Schongauer, association gestionnaire du musée.

Vous pouvez apporter votre soutien à la restauration de ce joyau de notre patrimoine et recevoir un cadeau exceptionnel.

Vocation du site

La restauration du Retable d'Issenheim sera effectuée sur place au musée d'Unterlinden, où il est actuellement conservé.
Le retable exposé dans la chapelle du convent trouvera de plus un nouvel écrin après 2013, puisque la chapelle elle-même sera restaurée.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine

  • RETABLE D'ISSENHEIM DU MUSÉE UNTERLINDEN DE COLMAR

    Musée Unterlinden;Colmar

  • RETABLE D'ISSENHEIM DU MUSÉE UNTERLINDEN DE COLMAR

    Musée Unterlinden;Colmar

  • RETABLE D'ISSENHEIM DU MUSÉE UNTERLINDEN DE COLMAR

    Musée d'Unterlinden

  • RETABLE D'ISSENHEIM DU MUSÉE UNTERLINDEN DE COLMAR

    Musée d'Unterlinden

  • RETABLE D'ISSENHEIM DU MUSÉE UNTERLINDEN DE COLMAR

    musée Unterlinden;Colmar

  • RETABLE D'ISSENHEIM DU MUSÉE UNTERLINDEN DE COLMAR

    musée Unterlinden;Colmar