STATUE DE LA VIERGE À L'ENFANT À LAUDUN L'ARDOISE

La commune de Laudun-l'Ardoise possède un patrimoine riche et varié avec des monuments de périodes très diverses. L'Antiquité est représentée par le site archéologique du Camp-de-César, occupant une surface de 18 hectares, qui domine le bourg de Laudun et son terroir. Les fouilles de cet oppidum ont mis au jour plusieurs monuments importants, dont un forum, une basilique et une enceinte augustéenne. La période médiévale regroupe des édifices tels que l'église Notre-Dame-la-Neuve de style gothique avignonnais (XIVe siècle), le château de Lascours, vaste résidence des seigneurs de Laudun, ainsi que quelques chapelles romanes parsemées dans la plaine La Renaissance a laissé dans la ville de belles façades classiques, dont celles de l'Hôtel de Ville et du château de Lascours ainsi que la chapelle des Pénitents Blancs du XVIIe siècle. Enfin la commune possède aussi un patrimoine industriel remarquable pour la période moderne : l'Aqueduc de Balouvière dont l'architecture rappelle celle du Pont-du-Gard, le Moulin de la Ramière qui continua à produire de la farine jusque dans les années 1960 et le port de l'Ardoise situé en bordure du Rhône, au sud de l'embouchure de la Cèze.

La statue monumentale de la Vierge à l'Enfant domine le village de Laudun, depuis les hauteurs de la colline Sainte-Foy, où le village s'est installé dès ses origines médiévales. La statue fait figure de repère visuel majeur dans l'environnement quotidien des Laudunois et le territoire de la basse vallée de la Tave. Entièrement financée par une souscription publique à l'initiative du prêtre de l'époque, l'abbé Jean Astier, cette statue de la Vierge à l'enfant, de dimensions monumentales a été érigée en 1862. Haute de 4 mètres, elle se dresse sur un socle polygonal divisé en deux étages, haut de 10 mètres. Gravement endommagée par la foudre en 1910, elle a déjà été rétablie en 1914 par le sculpteur Félix Devaux puis, à nouveau, bénie en 1920 par l'archevêque de Toulouse. Une autre restauration a dû être réalisée sur le monument en 1974.

Médias

Nature des travaux

De part sa situation et son exposition très marquée aux intempéries, la grande statue de la Vierge et son socle nécessitent une intervention de sauvegarde rapide et complète.

La statue, qui a été taillée dans du calcaire, est particulièrement dégradée car elle est très vulnérable aux différentes sources de dégradation : âge, pollution, efflorescence, pluies acides, etc… . Le socle s'est évasé sous le poids de la statue et les joints se sont dégarnis sur toute la surface du monument.

TRAVAUX ENVISAGES:

- Statue : élimination des reprises au ciment, colmatage des fissures, restitution des parties dégradées ou disparues, ré- uniformisation de l'aspect.

- Socle-tour : consolidation des maçonneries, rejointoiement et réfection d'un enduit à la chaux .

Coût total estimé des travaux : 26 585 € H.T

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine