L’Eglise d’Aillevans fut construite en 1737, au cœur du village, en remplacement d’un édifice plus petit situé au Nord-Ouest, là où se trouve encore l’ancien cimetière.
Elle est la propriété actuelle de 3 communes : Aillevans, Oppenans et Oricourt. Ces trois communes (divisions administratives nées en 1790) faisaient partie jusque-là de plusieurs paroisses toutes dépendantes de l’Abbaye de Marast.
La façade de l’église fut restaurée en 1845. L’église reçoit à cette date une cloche assez grosse (920 kg) qui vint rejoindre une plus petite datée de 1670 (inscrite aux titre des monuments historique le 12/07/1912), celle-ci devant sans doute provenir de l’ancienne église. En 1881, une troisième cloche (727 kg) fut installée, offerte par une fidèle fortunée.
C’est probablement de cette même époque (1870-1890) que datent les 2 statues qui encadrent l’entrée du bâtiment : à gauche Saint Jean-Baptiste, à droite Sainte Anne apprenant à lire à la Vierge enfant. D’après l’étude du Conservatoire des Antiquités et objets d’arts de la Haute-Saône, ces 2 statues « font penser à des productions de la « Manufacture d’Art Chrétien » de Vendeuvre sur Barse (Aube). (Manufacture créée en 1840 par le sculpteur Léon Moynet : cette entreprise a employé jusqu’à 100 salariés et vendait ses statues dans le monde entier. Elles sont faites d’argile locale et cuite dans des fours avant d’être décorées).

Médias

Nature des travaux

Ces statues ont souffert de l’usure du temps et peut-être de malveillances, notamment celle de Saint Jean-Baptiste ; il lui manque un bras, dont l’aspect nous est connu par une photographie des années 1950/1960, offerte par une paroissienne.
La tête de la statue, quant à elle, est conservée en lieu sûr, en attendant les travaux de restauration.

Le projet proposé par le Centre Régional de Restauration et de Conservation des Œuvres d’Arts :
- Réfection du bras droit de Saint Jean-Baptiste
- Consolidation de l’ensemble de la statue
- Nettoyage de la surface des deux statues
- Restauration de la polychromie
Ces deux statues seront déposées et transportées jusqu’aux ateliers du CRRCOA à VESOUL.

Coût estimatif des travaux : 12 000 € HT.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

vous aimerez aussi

devenez acteur
de la fondation du patrimoine