La Tour carrée est construite sur la partie haute de la commune de Loudun. La tradition orale fait de Foulques III Nerra (987-1040), comte d’Anjou, le commanditaire de la tour. Pour autant cette affirmation n’a jamais pu être vérifiée. Pour Joseph Moreau de la Ronde, érudit passionné du château de Loudun, la Tour carrée serait une construction du XIe siècle. De plan trapézoïdal, elle est située dans l’angle nord-ouest de l’enceinte du château dont la grande majorité des bâtiments fut détruite au début du XVIIe siècle. La maçonnerie est en pierre de taille de moyen appareil. Les assises sont liaisonnées par des joints de mortier, en chaux et sable. Elle mesure entre 9,50 m et 10,40 m selon les côtés (dimensions hors œuvre) et entre 5,95 m et 6,30 m (dimensions dans œuvre). Les murs ont une épaisseur de 1,80 m sur toutes les faces à l’exception de la face Sud qui, elle, mesure, 2 m. Elle comprenait 4 niveaux superposés la faisant culminer à 28 mètres de haut. Ces différents niveaux étaient séparés les uns des autres par des planchers dont il reste encore les traces d’ancrage des poutres, des solives et des sablières.
La tour est classée Monument Historique en 1877.

Médias

Nature des travaux

La principale cause des altérations de la pierre de tuffeau, quasiment seul matériau constituant cet édifice, est l’eau de pluie qui bat ces hautes façades. A l’extérieur, ces altérations provoquent des pertes de matière importante, entrainant des chutes de pierre dangereuses et pouvant à terme mener à une véritable déstabilisation de la structure et de l’édifice. A l’intérieur, l’escalier en bois est très dégradé et à la limite de la rupture en de nombreux points, en raison du ruissellement auquel il est soumis depuis le haut de l’édifice. En partie haute, la Tour carrée est aujourd’hui couverte par une verrière totalement vétuste et sur le chemin de ronde, le sol est constitué de dalles carrées de béton lavé qui ne semblent plus assurer une bonne étanchéité.

La restauration des façades de la tour consistera principalement à remplacer les pierres malades qui ne peuvent être conservées sans entrainer à terme des problèmes de sécurités et de stabilité. A l’intérieur de la tour sera aménagé un escalier métallique qui s’élèvera jusqu’au niveau des chéneaux en pierre existants. A partir de ce niveau, l’accès au chemin de ronde deviendra extérieur. Une volée d’escalier permettra d’accéder au sommet. L’étanchéité sera assurée par une verrière placée juste au-dessus des anciens chéneaux pour y déverser les eaux de pluie recueillies.

Vocation du site

L'ensemble du programme permettra la préservation du monument, tout en rendant à nouveau possible la visite du public et l’accès au sommet de ce donjon roman, œuvre majeure de l’architecture militaire de la région.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine