La destruction des archives de l'abbaye de Châtres durant les guerres de religion nous laisse dans l'impossibilité d'établir la date précise à laquelle celle-ci fut fondée. La Gallia Christiana indique néanmoins qu'une abye fut fondée à cet emplacement à l'époque où Arnaud Taillefer était comte d'Angoulême, soit entre 975 et 1001. Le bâtiment initial ne devait être qu'une modeste construction en bois, dont il ne subsiste aucun vestige. Des premiers occupants de l'abbaye, nous ne savons rien. Il faut attendre les alentours de l'an 1110 pour que l'obscurité des premiers temps se dissipe en partie. A cette époque, un moinde de l'abbaye de Fontevraud, nommé Robert d'Arbrissel, fonde à Châtres une communauté de chanoines de l'Ordre de Saint-Augustin. Dans les décennies sui suivent, l'abbaye bénéficie de la générosité des seigneurs de Bourg-Charente et des Lusignan, une grande famille noble du Poitou. Grâce à ces libéralités, le monastère se développe rapidement et devient le centre local de la vie religieuse. Témoignent de cette époque de prospérité les quatre coupoles dont l'église abbatiale est dotée dans la seconde moitié du XIIe siècle.

Centre spirituel, puissance commerciale, l'abbaye de Châtres joue un rôle moteur dans le développement de la région de Cognac jusqu'à la fin du XIVe siècle. La guerre de Cent ans marque cependant la fin d'une période prospère : l'église abbatiale sera saccagée et son abside romane détruite. L'abbaye ne retrouvera plus la prospérité des siècles précédents, même si des travaux sont entrepris dès le milieu du XVe siècle pour reconstruire le choeur, en style gothique flamboyant.
Les guerres de religion entraînent de nouveaux saccages. Les bâtiments conventuels seront détruits, ainsi que le bras nord du transept et le clocher. Malgré les pillages et les destructions, une communauté de moines augustins se maintiendra jusqu'en 1792. L'abbaye devient alors bien national et sera vendue peu après pour abriter une faïencerie jusqu'en 1825. Elle sera ensuite laissée à l'abandon, jusqu'à son classement au titre des monuments historiques en 1948. C'est le début de la réhabilitation, avec notamment la reconstruction du choeur en 1989.

L'église abbatiale
L'église abbatiale, d'architecture romane, se signale par une façade principale richement décorée. D'une hauteur inhabituelle, elle s'élève sur trois niveaux ornés d'arcatures aveugles. Au premier niveau, le portail doté d'un arc polylobé est richement sculpté. L'impression d'ensemble est celle d'un grand raffinement et d'une grande attention portée au décor : outre la luxuriance et la variété des motifs végétaux ornant chapiteaux et frises, les sculpteurs ont pris soin de surligner chacun des arcs. L'intérieur de l'église, vaste, contraste par sa sobriété avec la façade. Sa structure en croix latine est rendue exceptionnelle par la file de coupoles qui couvrent la nef unique et la croisée du transept.

Médias

Nature des travaux

La façade occidentale a subi les effets du temps et a besoin d'être stabilisée. Les pierres altérées nécessitent un traitement spécifique. Les bandeaux séparant les trois niveaux doivent être protégés par un habillage en plomb tandis que la menuiserie du portail, en mauvais état, sera remplacée par un portail en chêne, de style XIIIe-XIVe siècles.

Vocation du site

L'abbaye de Châtres, élément remarquable du patrimoine de Charente, est destinée à retrouver le rayonnement qu'elle connaissait au Moyen Age, en accueillant aujourd'hui des manifestations culturelles.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

devenez acteur
de la fondation du patrimoine