ABBAYE DE CHEHERY A CHATEL CHEHERY

L'abbaye Notre-Dame de Chéhéry, petite-fille de Clairvaux, a été fondée en 1147. Après l'installation de la communauté monastique, les dons des terrains par les familles aristocratiques locales affluent et l'abbaye prospère jusqu’au XIVe siècle. Pillée et saccagée pendant la Guerre de Cent Ans elle est probablement restaurée une première fois. Une représentation (la plus ancienne connue) montre l'abbaye reconstruite au début du XVIIe siècle, indiquant le retour à la prospérité du domaine. Pendant la Fronde elle est à nouveau brûlée, mais les moines continueront d'exploiter leurs terres et d'occuper des bâtiments provisoires. Il va falloir attendre le milieu du XVIIIe siècle pour voir sa reconstruction totale dans le style parfaitement classique que nous connaissons encore aujourd'hui. Du XIIe siècle ne subsiste qu'un ancien cellier et des caves.

Après la Révolution, l'abbaye est rachetée par un notable parisien qui en fait sa résidence de plaisance. Il fait abattre deux ailes sur les quatre (aile des moines et église abbatiale) pour ne garder que les parties les plus confortables : l'aile des hôtes et le grand appartement d'apparat, constitué d'espaces aux décors Louis XV. Son arrière-petit-fils Auguste, flambeur et ambitieux, fréquente la belle société parisienne, dépense sans compter et va se marier, en 1836, à une artiste lyrique de 25 ans, premier rôle dans les opéras de l’époque, Julia Grisi. En réalité, il voit surtout dans ce mariage une bonne affaire pour profiter des cachets de son épouse, et devient rapidement odieux : ils divorcent au bout de deux ans, et Julia n’aura occupé la chambre que Gérard avait entièrement meublée pour elle à Chéhéry qu’une seule nuit. Finalement, c’est elle qui est condamnée à lui verser une rente annuelle de 10 000 Francs.

Au XXe siècle, l’Abbaye fut successivement un hôpital allemand puis le quartier général de l’armée américaine pendant et après la Grande Guerre, avant de tomber dans l’oubli à partir des années 60.

Médias

Nature des travaux

Les bâtiments sont aujourd'hui dans un état critique : quinze années d’infiltration ont fait des dégâts considérables dans toutes les pièces de l’abbaye, depuis les grands salons du rez-de-chaussée aux chambres à alcôves de l’étage, en passant par les communs dont certaines parties menacent de s’effondrer.

Si des travaux d’urgence ont permis de stopper la plupart de ces infiltrations, le chantier s’annonce immense :

Dans le bâtiment principal, les intérieurs, la charpente et d’anciens étaiements sont très dégradés (pourrissement des bois). Les planchers nécessitent des réparations ou des remplacements partiels dans de nombreuses salles, et les décors du rez-de-chaussée, dont des lambris de gypserie du XVIIIe siècle, sont lacunaires et les risques de chutes d’enduits sont nombreux. Le plafond de la cage d’escalier monumentale s’est effondré, crevant dans sa course une volée de marches de l’escalier suspendu à rambarde en fer forgé. Les voûtes du cloître, en maçonnerie de moellons enduite, sont ponctuellement dégradées et des pierres menacent de tomber.

Dans le commun Nord, une ferme de charpente et le plancher des combles au droit de celle-ci sont en partie effondrés, laissant l’eau pénétrer dans les murs et les planchers inférieurs. Dans le reste du bâtiment l’ensemble du solivage des planchers menace ruine. Ceci risque en particulier d’altérer la grande cheminée de la boulangerie et ses deux fours à pain d’époque.

Dans tous les bâtiments, un nombre important de menuiseries, datant en grande partie du XVIIIe siècle et pour les autres du XIXe siècle, sont altérées, n’assurant plus totalement le clos. Les couvertures, bien que temporairement réparées, sont en fin de vie et devront être refaites à neuf à moyen terme.

Votre générosité est importante afin que cette abbaye cistercienne retrouve tout son éclat d'antan !! Aidez nous par vos dons à financer ces travaux !!

Vocation du site

“Ora et Labora” : au delà d’un lieu de prière, une abbaye était avant tout un domaine productif agricole, voire industriel (forges, verreries, ...), et il n’est pas aisé de se représenter aujourd’hui ce fonctionnement de l’Ancien-Régime.

Afin de ne pas réduire le lieu à sa seule architecture, et afin de révéler au visiteur l’authenticité matérielle et immatérielle du site, le projet envisagé s’attachera bien sûr à la restauration du monument, mais aussi de son système productif : replantation des vergers et potagers et implantation d'équipements de transformation de produits dans les communs (intégrés à la visite).

Nous préparons actuellement avec un réseau de maraîchers bio locaux, la conversion d’anciennes parcelles agricoles du parc en terrain d’expérimentation pour la permaculture. La constitution d’un jardin botanique est aussi à l’étude avec l’association des Amis de la Route de Goethe (Sainte-Menehould). Afin de s’inscrire dans un territoire plus large, comme les moines pouvaient le faire par la projection de fermes dans un rayon étendu (Granges), nous discutons aussi avec des producteurs dont les terres auraient pu appartenir au domaine historique, afin des les fédérer dans un réseau de commercialisation en circuit-court (lait, fromages, viande, miel…).

Par la constitution d’un agenda d'événements réguliers (kermesse, marchés de producteurs, fête de la musique), et ponctuels (résidences artistiques, expositions, concerts), nous souhaitons redonner sa vocation culturelle à ce lieu magique et en faire profiter tous les publics de la région. L’association du village, le Café pour Tous, nous a ainsi aidé à faire de nos premières Journées du Patrimoine (2019) un succès.

Ces projets, ouverts, collaboratifs et pédagogiques, permettront de pérenniser le monument au-delà d’un simple aspect touristique, et sont l'opportunité de donner à voir à quel point la nature d’un monument historique redevient plus que jamais pertinente et parfaitement adaptée au monde d'aujourd'hui.

faire un don
et calculer vos avantages fiscaux

Vous bénéficiez d'une défiscalisation de: - €

vos contreparties

  • Pour tout don€
    ou plus

    "Frère Convers" - inscription sur le site internet

  • + de 100€
    ou plus

    "Moine" - Inscription sur une plaque dans l'abbaye

  • + de 500€
    ou plus

    "Maître des Novices" - visite privée du chantie

  • + de 1000€
    ou plus

    "Cellérier" - Visite historique complète de l'abbaye

  • + de 5000€
    ou plus

    "Prieur" - Accès gratuit à tous les événements de l'abbaye

  • + de 10 000€
    ou plus

    "Père Abbé" - Possibilité de privatisation des extérieurs (hors dates d’événements, une journée+soirée)

vous aimerez aussi

devenez acteur
de la fondation du patrimoine

  • ABBAYE DE CHEHERY A CHATEL CHEHERY

    Guillaume Ull

  • ABBAYE DE CHEHERY A CHATEL CHEHERY

    Guillaume Ull

  • ABBAYE DE CHEHERY A CHATEL CHEHERY

    Guillaume Ull

  • ABBAYE DE CHEHERY A CHATEL CHEHERY

    Guillaume Ull

  • ABBAYE DE CHEHERY A CHATEL CHEHERY

    Guillaume Ull

  • ABBAYE DE CHEHERY A CHATEL CHEHERY

    Guillaume Ull

  • ABBAYE DE CHEHERY A CHATEL CHEHERY

    Guillaume Ull

  • ABBAYE DE CHEHERY A CHATEL CHEHERY

    Guillaume Ull

  • ABBAYE DE CHEHERY A CHATEL CHEHERY

    Guillaume Ull

  • ABBAYE DE CHEHERY A CHATEL CHEHERY

    Guillaume Ull

  • ABBAYE DE CHEHERY A CHATEL CHEHERY
  • ABBAYE DE CHEHERY A CHATEL CHEHERY
  • ABBAYE DE CHEHERY A CHATEL CHEHERY
  • ABBAYE DE CHEHERY A CHATEL CHEHERY